Nantes

Euradio

Morceau en cours

Titre

Artiste

Current show

Current show

Background

CHEPTEL RECORDS (SUISSE)

Written by on 6 juin 2018

THE LABEL

Interview with Robin Girod from Cheptel Records :

 
Ils sont là, cachés sous la pierre, blottis contre un arbre, dissouts dans le béton ou dissimulés par le vent, il faut qu’on les entende et Cheptel records sera leur porte parole.
Cheptel protéiforme ou encore rassemblement sous une même bannière d’une scène souterraine mais bouillonnante, qui ne demande qu’à exploser au grand jour pour rebattre les cartes de la facilité ambiante, un disque à la fois.
https://www.facebook.com/cheptelrecords/
https://cheptelrecords.bandcamp.com/
https://twitter.com/CheptelRecords
https://soundcloud.com/cheptel-records

THE ARTISTS / RECORDS

DOLPHIN FLIGHT

Chute libre maitrisée dans un ciel de fin d’après-midi, les ballades pop, synthétiques et chaleureuses de Dolphin Flight se suivent et s’assemblent sur ce magnifique album printanier: Mydriase.
La rumeur gonflait que l’exposition au soleil d’un minuit fragile et rosé nous laisserait des brûlures à même le coeur. Le plus étranges des groupes Biennois, dont chacun des membres cache des secrets indicibles, sort aujourd’hui ce disque attendu. Une musique de cette nouvelle génération de musiciens affranchis du passé, libres et créatifs, qui laisseront pour sûr une trace dans la petite histoire que Cheptel tente d’écrire peu à peu.
Des instruments indéterminés, des sons sur cet album qui se croisent et se complaisent dans un océan dilaté, forment l’identité de Dolphin Flight. Des histoires de chair et d’amour. Un disque abouti, précis sans prétention ni pose. Une sincérité musicale, une honnêteté. Une qualité prête à balayer d’un revers de main les doutes qu’on aurait sur un futur enchanté, à nous faire choisir pour toujours le rose plutôt que le Gris.

prémices_teaser_dolphinflight

Ils viennent de Bienne, ils ont un son plânant et envoûtant, Dolphin Flight fera partie samedi 26 mai 2018 de la carte blanche du label Cheptel Records à Prémices Festival Lausanne…

Gepostet von Prémices Festival Lausanne am Dienstag, 3. April 2018

 
More infos : https://www.facebook.com/dolphinflight/
CHATEAUGHETTO

Il y a des groupes qui éclatent la nomenclature musicale, qui depuis les Caraïbes pointent le grand nord, qui depuis le sommet des Alpes regardent leurs pieds.
ChâteauGhetto – notre secret controversé défendu coeur et âme depuis leur début sur Cheptel Records – revient avec Lost Lover: 19 tracks de Hip-Hop autotuné pour amours déçus, entre beau et terrifiant, entre sensuel et mécanique, entre nuit et aube.

More infos : https://www.facebook.com/ChateauGhetto/
LE ROI ANGUS

Dans l’appartement de Casimir à Genève, perché sur les toits d’un central téléphonique, des concerts sauvages discrètement annoncés se tiennent régulièrement. Entre noise, rock, hip hop, jazz ou électro, il y a parfois une bande de jeunes types psychédéliques qui viennent se produire avec leurs groupes. Tellement jeunes encore qu’on n’ose même pas tout vendre aux soirées. Mais on fait la fête à La Centrale, sur les toits aussi, et on arrête les concerts à l’arrivée de la police.
Casimir flashe le projet, c’est avec ces types que le groupe doit se faire, ce sera Le Roi Angus, une ode mélancolique à la jeunesse sidérante appelée à se perdre dans le temps qui passe. Augustin (batterie), Léonard (guitare), Raphaël (guitare), et Alexis (basse) rejoignent le projet.
Le groupe enregistre son premier album dans la foulée à Fribourg, puis va le mixer à San Francisco avec Doug Hilsinger, un pote de la grande famille des John Dwyer (Thee Oh Sees) et autres Sonny Smith (Sonny & The Sunsets).
Les premiers concerts ont lieu à Genève, Los Angeles, San Francisco, Berlin ou Paris, et le groupe est régulièrement invité à ouvrir pour des groupes qu’il apprécie (The Growlers, Unknown Mortal Orchestra, Feu ! Chatterton, Klaus Johann Grobe…).
Au cours d’une année 2016 bien chargée, le groupe enregistre son deuxième album à Istanbul et se produit dans de nombreux clubs et festivals suisses d’importance, notamment au Paléo Festival, livrant des sets tendus et poétiques qui mettent les kids en transe et interpellent les plus âgés.
En français dans le texte, en caleçon dans les trams, en peignoir aux répétitions, au golf sur les aires d’autoroute, le Roi Angus est une grande pause qui n’appelle pas la reprise du travail.


More infos : https://www.facebook.com/leroiangus/
LAURENT C

Comme dans un monde parfait, comme dans une époque formidable, le disque de Laurent C a été fait en famille. Entre amis. La voisine du deuxième à la voix, son fils à la batterie, le chien du quartier au saxophone et le collègue de local à la guitare.
Minutieusement collectées, ces chansons racontent la vie, les dérives, les errances, les regrets. A la mode France/Punk 80s. Comme une ballade dans les archives de l’INA avec les Lolitas, Téléphone ou Jacno dans le walk-man.
Mais aucune posture ici. Il ne s’agit pas d’une imitation. Il faut dire que Laurent a sorti son premier 45 tours en 1983. Et qu’à l’époque des stylos bics et des boîtes à rythme il enregistrait ou produisait déjà de la cold-wave, du punk ou de la musique tout simplement inclassable.
More infos : https://cheptelrecords.bandcamp.com/album/chptl-023-deux
JULIEN ISRAELIAN

Julien Israelian – compositeur/arrangeur/interprète dans tant de groupes qu’on ne peut tous les citer (Gros Oiseau, Pierre Omer’s Swing Revue, Imperial Tiger Orchestra…) – nous offre le cadeau de Nöel de dernière minute idéal: une cassette éditée à 100 exemplaires constitués de 100 pochettes différentes.
Sélection de compositions homemade d’abord écrites pour le théâtre ou le cinéma (notamment pour la Cie Théâtre l’Articule), ces « Valises Sanglantes du Luxembourg » sont un carnaval des animaux, un calendrier aux 100 portes, une plongée dans l’univers de bric et de broc d’un musicien hors norme et multiple.
Cassette tirée à 100 exemplaires numérotés en décembre 2017.
Ces musiques sont pour la plupart issues du spectacle “Jeux sur l’échelle du monde” par la Cie Théâtre L’Articule (2013): interprété par une comédienne – marionnettiste (Fatna Djahra) et d’un danseur (Joseph
Trefeli) autour du thème de l’information (et de la désinformation), spectacle qui mêle la danse, le théâtre et les marionnettes, sur fond d’humour noir.

More infos : https://www.facebook.com/julien.israelian
MUSIQUE CHIENNE

Venue d’une niche musicale encore fraîche et inexplorée, Sarah-Louise Barbett aka MUSIQUE CHIENNE revient avec « La Maison de Billy », récit introspectif de l’univers perplexe et romantique d’un chien nommé Billy.
La Maison de Billy, conjugue l’amour de Sarah-Louise pour la race canine et sa pratique du vibraphone. Un album à la fois direct et complexe construit à partir de sons synthétiques et de présences acoustiques boisées – entre electronica dance-floor, chanson naïve surréaliste et musique pour percussions classiques. La bizarrerie et la fraîcheur de la chose nous font penser autant à Moondog que Frank Zappa ou encore à Ariel Pink et à toute une nouvelle scène de weirdos électroniques français. Un album à déguster par petites bouchées sur dispositif stéréo de luxe ou sur son téléphone dans la rue.
Enregistré à Nyon en Suisse en quelque jours de Février avec la complicité de Luc Bersier de Pandour et de Robin Girod (Temps des Nuits, Régis, le Berceur…), ce disque sera disponible aux formats digital, CD et vinyle, illustrés des propres mains de Sarah-Louise Barbett – artiste à plein temps, déviatrice, tête pensante et libre, promeneuse, rêveuse solitaire, femme sans laisse ni collier.
Disque à ne manquer sous aucun prétexte. Avec la complicité et le regard impressionné de son ami Flavien Berger et des Disques du Festival Permanent.

More infos : https://www.facebook.com/musiquechienne/?fref=mentions
ADIEU GARY COOPER

 
Outsiders raconte en français le combat quotidien, le travail, le chômage, c’est selon. Pas de chansons d’amour ici : tapis de guitares urbain et batteries industrielles rappellent la mécanique implacable d’une société post-moderne. Pas question non plus de céder à la nostalgie : Adieu Gary Cooper impose son propos contemporain à coup de synthétiseurs et de boîtes à rythmes, conviant l’auditeur à une fête désespérée d’où émerge une lueur d’espoir sous les traits limpides d’une pop discrètement sophistiquée.
Depuis « Bleu Bizarre » (Moi J’Connais Records, 2014 – moijconnais.bandcamp.com/album/mjcr026-bleu-bizarre-2) et ses ballades garage-folk lancinantes, le groupe a tourné jusqu’en Chine d’où il a rapporté un disque live dur comme ce pays-continent  (« Souvenirs de Chine », Cheptel Records, 2016 – cheptelrecords.bandcamp.com/album/chptl-010-souvenirs-de-chine). Une occasion déjà d’expérimenter de nouvelles formes au fil des influences, entre le punk minimal et électronique du duo new-yorkais Suicide et le « Nebraska » d’un Bruce Springsteen réhabilité en songwriter des rêves déchus et autres mauvais coups du sort. Avec une nouvelle maturité, Adieu Gary Cooper parvient à saisir d’une phrase, à l’instar de Springsteen, le malaise existentiel diffus: « Tout autour de moi tourne un peu trop vite, j’ai un mal de fou à suivre le rythme », « Et moi le cul posé sur une chaise dix putains d’heures par jour, comment veux-tu que je croie encore en l’amour? ».
Chansons pour les lundis matin, pour les transports en commun. Bande-son d’un temps présent gris face à l’avenir qui se dérobe. Surtout pas d’excès de soleil pour réussir un tel disque, pas d’exotisme ni de sirènes bienveillantes. L’album a été enregistré à Genève par Thierry Van Osselt (Knut, Mama Rosin) au 3e sous-sol d’un parking de banlieue, mixé par Yvan Bing (Moriarty) et masterisé par Lad Agabekov (Nostromo). La pochette, réalisée par le bédéiste Aseyn (Les Autres Gens, Comment je me suis fait plaquer, Nungesser) résume cette lutte dont on finit par se demander si l’un des combattants sortira vainqueur.

More infos : https://www.facebook.com/AdieuGaryCooperCH/
MELISSA KASSAB

Melissa Kassab a doucement traversé les continents. Guitare au dos, sourcils froncés, bravant les éléments les plus agités, se laissant porter par les chemins de traverse, Melissa n’a jamais trébuché, jamais dormi dans un vrai lit et a choisi d’embrasser la liberté. Son disque «Dog» produit par Robin Girod, est à son image, parfois docile, parfois sauvage et dévoile un folk hanté de voyages et de rencontres, empli de souffle et de vie.

More infos : https://www.facebook.com/MelissaKassabMusic/
TEMPS DES NUITS

Nous sommes fiers de vous annoncer la sortie – ce vendredi 7 Octobre – de C’était le Soleil, premier album du trio Temps des Nuits (Prosper Thon, Léonard Gremaud, Robin Girod) enregistré à San Francisco il y a tout juste une année.
Ses chansons sont empreintes de la touche artistique inimitablement inspirée du prolifique et étourdissant producteur et musicien Sonny Smith, épaulé pour l’occasion par son ami James Finch, aux commandes d’un matériel de prise de son analogique restreint mais soigneusement maitrisé. La rencontre a porté ses fruits, féconds et détonants, à l’instar des chimères « aux dents de loup et grâce d’hirondelle » et « douces agnelles au venin de tarentelle » invoquées par Prosper, poète et chanteur de Temps des Nuits.
Une musique aux reflets multiples épouse une parole hautement perchée et finement ciselée, nourrie d’évocations incandescentes, à l’image du pin incendié d’un soleil couchant qui illustre la pochette, photographié par le talentueux artiste californien Neil Krug.

More infos : https://www.facebook.com/tempsdesnuits/
GROS OISEAU

Enfin la détonation qu’on attendait. Elle résonne contre les parois des immeubles de la cité urbaine. La bombe à retardement avait été placé depuis longtemps entre de bonnes mains. Il fallait dégoupiller pour qu’enfin, après une bonne année d’attente, elle nous explose à la face. Gros Oiseau nous présente donc son nouveau poussin: Zonzon.
Mixture musicale acide qui prend ses racines dans les plus profondes caves des années 80 ‐quand les Béruriers Noirs ou Metal Urbainfaisaient des doigts d’honneur et que les boîtes à rythme snobaient les batteurs.Le clavecin synthétique martèle le crâne. Le texte ‐ cynique, drôle et sincère ‐ se déroule sous nos yeux, nous colle à la peau comme le goudron et les plumes.
Phrasé/scandé/rap/punk de Sleaford Mods francophone. Basses spasmodiques.Gros Oiseauest une overdrive en train d’exploser à la scène comme à la ville.

More infos : https://www.facebook.com/grosgrosoiseau/
 
 
 
 
 
 


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *