Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

LES EXTRAS

17:00 20:00

Current show

LES EXTRAS

17:00 20:00

Background

La revue de presse : May joue avec le feu

Written by on 14 février 2019

Theresa May a demandé à la chambre basse britannique de lui accorder un sursis pour lui permettre de renégocier avec l’UE l’accord de sortie. Bruxelles n’étant aucunement disposée à faire des concessions sur la question du backstop, le risque croît qu’aucun accord ne soit signé d’ici la date prévue pour la sortie, le 29 mars. Les commentateurs sont très inquiets pour l’avenir du Royaume-Uni.

Les temporisations de May sont proprement irresponsables, lit-on sur tagesschau.de :

«Elle a déjà affaibli l’économie de son pays, exaspère les chefs d’entreprises et oblige les multinationales à se mettre en quête de nouveaux sites où s’implanter et à se tourner vers de nouveaux marchés. Un Brexit dur serait pour les Britanniques une catastrophe, dans presque tous les domaines. … Face à la gravité des risques encourus, les coups de poker de dernière minute sont déplacés. May doit mettre un terme aux négociations et confronter la chambre basse à la vérité, au lieu de répéter a l’envi ses promesses vides. Si May reste réticente, le Parlement doit lui forcer la main avant qu’il ne soit trop tard et que les dommages soient encore plus graves.»

The Spectator conseille au président Macron de prendre un ton plus conciliant envers Londres dans les négociations sur le Brexit :

«Selon un récent rapport de l’assureur-crédit français Euler Hermes, en cas de Brexit dur, la France perdrait trois milliards d’euros sur ses exportations en 2019, ce qui en ferait le troisième pays de l’UE le plus durement touché après l’Allemagne et les Pays-Bas. Le Brexit pourrait également affecter le plus important excédent commercial que la France réalise en marchandises avec un autre pays – en l’occurrence la Grande-Bretagne. … Compte tenu du ralentissement spectaculaire de l’économie française, Macron pourrait choisir de promouvoir une voie de conciliation dans les négociations sur le Brexit, qui profiterait à la fois à son propre pays et à celui de son arrière grand-père.»

Le chef du Labour, Jeremy Corbyn, avait proposé à May de lui apporter une majorité au Parlement en vue de trouver un accord sur le Brexit. Sa condition : le maintien de la Grande-Bretagne dans l’union douanière. May fait face à un dilemme, estime Marius Chivu sur son blog hébergé par Adevarul :

«Le scénario d’un Brexit soft obtenu avec l’aide des députés Labour pose au gouvernement May un problème véritablement existentiel. La perte de majorité des conservateurs rouvrira le débat de sa démission. Un Brexit dur, en revanche, garantirait la cohésion du gouvernement conservateur et la survie de May. … La Première ministre britannique fait donc face à un choix cornélien : soit faire preuve de responsabilité en faisant le choix d’un Brexit soft avec l’aide des députés Labour – ce qui revient à monter à l’échafaud et perdre le pouvoir politique, ou conserver la majorité pour gérer le désastre au lendemain d’un Brexit dur.»

 

 


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *