Nantes

Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

WTWF

10:00 11:00

Current show

WTWF

10:00 11:00

Background

La revue de presse – La lutte pour les droits des femmes en Europe

Written by on 11 mars 2019

En mars 1911, dans plusieurs pays d’Europe, les femmes sont descendues dans les rues pour revendiquer leurs droits. Depuis 1921, le 8 mars est la journée des droits de la femme. Les éditorialistes européens fustigent les inégalités entre les sexes, les structures patriarcales et la violence domestique contre les femmes.

En Tchéquie, les femmes gagnent en moyenne 22 pour cent de moins que les hommes. Dans Hospodářské noviny, la défenseur des droits Anna Šabatová explique pourquoi :

«Une des raisons est que les femmes n’apprendront jamais l’existence de certains postes lucratifs. C’est plus qu’une habitude que de ne pas parler d’argent ; dans beaucoup d’entreprises, c’est interdit. Si l’échange a jadis été le moteur principal de la revendication ‘à même travail, même salaire’, cette lutte est aujourd’hui rendue impossible par la clause de confidentialité [dans les contrats de travail]. Les entreprises obligent les collaborateurs à ne communiquer à personne le montant de leur salaire. Chacun est appelé à négocier individuellement son salaire. Les statistiques le montrent : les femmes sont systématiquement défavorisées par ce système. Mais les femmes aussi ont besoin d’un salaire décent. Des fleurs, elles peuvent s’en acheter si elles en veulent.»

En Lituanie, dans un entretien accordé au portail Alfa, l’eurodéputée Vilija Blinkevičiūtė déplore les inégalités hommes-femmes dans la politique lituanienne:

«Le nombre de femmes présentes au Seimas lituanien est très faible, plus faible encore que lors de la législature précédente. … Le gouvernement Skvernelis ne compte par ailleurs aucune femme ministre, alors qu’au sein de l’UE, un poste ministériel sur trois en moyenne est occupé par une femme. La Lituanie est le seul pays parmi les 28 Etats membres de l’UE à ne compter aucune femme au gouvernement. Dans le monde, seuls 13 Etats sur 186 n’ont aucune femme ministre. C’est une ombre et une honte considérable pour le gouvernement lituanien et la majorité.»

En Autriche, La journaliste conservatrice Birgit Kelle écrit dans Die Presse ce qu’elle pense être le prochain défi du mouvement féministe :

«Dans l’Europe du XXIe siècle, le statut des femmes est formidable. Sans qu’il soit la peine d’établir des quotas [de parité homme-femme], nos filles auront quasiment rattrapé les hommes en l’espace de deux décennies. Parce que nous sommes talentueuses et intelligentes. … Nous sommes parties dans la course avec un retard sur les hommes. A l’heure de la mondialisation, on ne peut plus se fier à des normes sûres. … Une tâche colossale qui a été négligée depuis le début du mouvement féministe nous incombe : comment empêcher, à tant vouloir imiter les hommes, que nous perdions notre féminité, dans un contexte de déconstruction des sexes ? Etre femme et être heureuse. Peut-être est-ce là la tâche la plus dure qui nous attend dans les 100 prochaines années d’émancipation. »


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Continue reading