Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Current show

Background

La revue de presse du 12 mars 2019 – La tribune européenne d’AKK… des porte-avions européens ?

Written by on 12 mars 2019

En réponse à la « renaissance européenne » proposée par Macron, Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK), la présidente de la CDU, a exposé son projet de réforme européenne, avant le scrutin de mai, sous la forme d’une tribune publiée dans le journal dominical Welt am Sonntag. Elle rejette la demande de Macron d’un salaire minimum européen et n’a pas abordé plusieurs autres de ses propositions. Quelles sont les réactions de la presse européenne à la contribution d’AKK ?

La réaction d’AKK met en lumière le fossé grandissant entre les deux pays voisins, estime le rédacteur en chef de Contrepoints, Ludovic Delory :

«Annegret Kramp-Karrenbauer rejette les idées portées par Emmanuel Macron ‘au nom de l’esprit de progrès’ : celles d’un salaire minimum européen et de la mutualisation des dettes des pays membres. … A deux mois et demi des élections européennes, la France et l’Allemagne semblent avancer dans des directions différentes. Ce Nein aux principales propositions d’Emmanuel Macron permettra au moins aux électeurs de confronter deux visions divergentes de l’Europe : celle portée par un pays centralisé, en proie à des violences et des contestations récurrentes depuis plusieurs mois ; et celle d’un pays plus ouvert, porté par un désir inaliénable de souveraineté au sein d’une Europe toujours plus tentaculaire et contestée par ses peuples.»

En Allemagne : le quotidien Die Welt se montre convaincu par la réponse de Kramp-Karrenbauer :

«Faire ce qui est possible, mais le faire avec conviction : la formule pourrait résumer la philosophie de Kramp-Karrenbauer. Il faut en partie y voir l’enthousiasme de la première heure. A ses débuts, Angela Merkel aussi avait des idées ambitieuses. Par la force des choses, on devient parfois plus modeste. Mais Annegret Kramp-Karrenbauer est enfin quelqu’un qui veut ce qui semble être impossible – faire évoluer l’UE au lieu de se complaire dans les jérémiades, qui ont entre autres été à l’origine du Brexit. Tant mieux ! … Ce n’est pas la vocation de l’histoire européenne que de mesurer les types de fromage à l’aune de la compétitivité. L’UE a besoin de coopérer en matière de protection du climat, de droit d’asile, de défense et de numérique pour pouvoir dialoguer d’égal à égal avec la Chine, l’Inde et les Etats-Unis.»

Personne en Europe n’est en mesure de diriger l’UE, analyse Die Presse :

«Kramp-Karrenbauer ? Elle est encore en train d’apprendre et de jauger son rôle. Angela Merkel ? Elle n’a plus suffisamment de soutien dans ses propres rangs, et encore moins dans les autres capitales. Emmanuel Macron ? En difficulté sur le plan intérieur, il essaie de faire diversion en lançant des initiatives européennes. Jean-Claude Juncker ? Il prépare son départ à la retraite. Les conservateurs européens ? Ils s’interrogent sur leur sort présent et à venir avec la nouvelle vieille droite incarnée par Viktor Orbán en Hongrie. Les sociaux-démocrates ? Ils s’accrochent au bastingage avant le choc ultime. Les autres forces constructrices d’hier ? Elles s’exaspèrent de l’imminence du Brexit et/ou redoutent la confrontation économique avec Donald Trump. En d’autres termes, l’UE n’avait rarement autant été dépourvue de leadership.»


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *