Nantes

Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

22 minuti

09:00 10:00

Current show

22 minuti

09:00 10:00

Background

La revue de presse du 26 mars 2019 – L’Italie, tête de pont de la Chine en Europe

Written by on 26 mars 2019

L’Italie est le premier État du G7 à avoir signifié son intention de participer au projet chinois des ‘nouvelles routes de la soie’. Les deux parties ont signé samedi à Rome une déclaration d’intention dans ce sens. Les éditorialistes critiquent l’initiative du gouvernement italien, mais soulignent que d’autres Etats de l’UE auront leur mot à dire.

Au Pays-Bas, Pour NRC Handelsblad, l’initiative italienne est dangereuse :

«La Chine montre combien il est compliqué pour les pays de l’UE d’accorder leurs violons, y compris face à un défi extérieur qui les touche en tant que communauté. … Si le projet des ‘nouvelles routes de la soie’ est controversé, c’est notamment parce qu’il augmente la dépendance vis-à-vis de la Chine. Cela n’aura pas été la dernière fois que les sirènes des investissements chinois entrent en conflit avec la vigilance qui s’impose face à un pays aux antipodes de l’Europe politiquement. L’Europe doit se garder de se livrer à une puissance qui fait peu de cas de l’économie de marché et de la démocratie – et encore moins des droits de l’homme.»

Le gouvernement italien se laisse berner par la Chine, lit-on dans Die Presse en Autriche :

«Xi Jinping s’emploie actuellement à amadouer ses ‘chers amis italiens’, auxquels il propose coopérations et investissements dans maints domaines, des ports maritimes aux télécommunications. Il s’efforce de dissiper les doutes suscités par les nouvelles routes de la soie, le projet dont il fait la promotion dans son actuelle tournée en Europe. Or cette initiative vise en tout premier lieu à soutenir l’économie chinoise et à élargir l’influence chinoise dans le monde. Le président chinois n’a jamais caché qu’à l’instar de l’actuel président américain et son ‘America first’, il agissait selon la devise ‘China first’.»

Rome ne pourra pas court-circuiter l’UE titre le quotidien italien La republica. Xi Jinping doit rencontrer Emmanuel Macron, Angela Merkel et Jean-Claude Juncker mardi à Nice, où se dérouleront les véritables négociations, écrit Andrea Bonanni, correspondant de La Repubblica à Bruxelles :

«Le président chinois peut se rendre à Rome à l’envi pour y signer des memorandums et des contrats. … Il peut promettre des affaires et des financements plus flexibles, ainsi que des millions de touristes chinois. … Mais s’il veut parler avec l’Europe de questions de poids, chères aux yeux des grandes puissances du continent, alors il devra d’abord se tourner vers la France. … L’Europe, la vraie Europe, l’Europe qui compte et dont il faut tenir compte, ne commence pas à Rome, mais de l’autre côté des Alpes.»

Avec euro|topics.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *