Nantes

Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Background

La revue de presse du 29 mars 2019 – Une démission stratégique pour May ?

Written by on 29 mars 2019

Simon Marty et Alexandra Georges-Picot reviennent sur la question du Brexit : une démission de May ferait-elle bouger les lignes ?

Pour débloquer un processus du Brexit au point mort, la Première ministre Theresa May a proposé sa démission, toutefois conditionné à l’adoption par le Parlement de son accord. Mercredi, la Chambre des communes avait rejeté chacune des huit alternatives à l’accord de divorce. Les éditorialistes doutent qu’un départ de May permette de trancher le nœud gordien du Brexit.

Un sacrifice sans stratégie
Gerardo Morina, chroniqueur à Corriere del Ticino (Suisse), se demande ce que l’annonce de May pourra bien apporter :

« Pour dissiper la crainte que la sortie du Royaume-Uni de l’UE se fasse sans accord, la Première ministre mise tout sur une seule carte et propose de se sacrifier sur l’autel du Brexit. … Certains saluent ce sacrifice pour le bien de la nation, d’autres – notamment le parti travailliste – n’y voient qu’une réaction à la dynamique interne au sein du parti Tory. Pour ceux qui posent sur la chose un regard plus réaliste, il s’agit d’un coup plus tactique que stratégique, davantage motivé par le souci du présent que par celui de l’avenir. Car dans une perspective d’avenir, la démission de May pourrait s’avérer n’être qu’une éphémère panacée. »

« De Charybde en Scylla » titre The Guardian.
En faisant référence à aux monstres marins de la mythologie grecque, le quotidien de centre-gauche exprime que le parlement britannique n’échappe à un danger que pour se frotter à un autre plus grave encore. D’après le Guardian, il faut craindre qu’un ennemi juré de l’Europe prenne la barre du navire conservateur après le départ de May :

« On peut reprocher à May la vacuité de son action au poste de Premier ministre, mais elle aura au moins eu le mérite d’écarter les hordes de barbares pro-Brexit qui se livraient une lutte sans merci pour la supplanter sur le trône. Elle a maintenant renoncé à ce rôle utile et abandonné le pays à ceux qui rivalisent de méchancetés pour séduire quelque 12 000 membres du parti – un nombre à la baisse. … Le Parlement sera plus bloqué que jamais et avec un Brextrémiste aux commandes, le combat sera plus rude encore. »

May tributaire de l’aide de Bruxelles
El Mundo tempère l’enthousiasme suscité par la perspective de départ que May a laissée entrevoir :

« Dans le labyrinthe du Brexit, nous avons déjà si souvent cru nous trouver devant une issue que nous n’osons plus dire : voilà la solution ! Les choses viennent de prendre un tour décisif. … May a désormais besoin d’une concession, fut-elle minime, pour pouvoir à nouveau soumettre son accord au vote du Parlement. » En tout cas, c’est ce que rappelle le quotidien conservateur espagnol. « Le Conseil européen avait donné son aval en ce sens la semaine passée. May doit par ailleurs convaincre un protagoniste clé : les députés nord-irlandais du DUP. Ce n’est pas gagné. On n’est donc pas sorti de l’auberge. »

Rendu possible par euro|topics.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *