Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Background

Polémiques sur le prix Nobel de la Paix : La Revue de presse européenne

Written by on 15 octobre 2019

Le prix Nobel de la paix a été attribué au Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, pour récompenser son initiative visant à résoudre le conflit frontalier avec l’Erythrée.
Il gouverne l’Ethiopie depuis avril 2018.
Une décision qui ne fait pas l’unanimité parmi les éditorialistes.

En Slovénie par exemple, le quotidien Dnevnik trouve qu’Abiy Ahmed a bien mérité le Nobel :

“La réconciliation avec l’Erythrée n’est pas la seule décision qu’il ait prise avec résolution.

Il a aussi fait passer de profondes réformes politiques, économiques et démocratiques qui requéraient un grand courage politique :

il a en effet froissé des susceptibilités, il s’est fait des ennemis et l’armée a tenté cette année de mener un coup d’Etat dans le nord du pays.

Ahmed est également actif sur la scène politique internationale et il a participé à des tentatives de pacifier trois conflits sur le continent Africain.

Ce Nobel se veut aussi un message à l’attention d’autres leaders d’Afrique, d’Asie et du Proche-Orient – les trois continents où il y a le plus de conflits dans le monde.”

Au Royaume-Uni, on se fait plus prudent et The Guardian met en garde contre tout emballement dans le cas de l’Ethiopie :

“Ces réformes radicales ont suscité autant de soutien que d’animosités – le Premier ministre a notamment fait savoir en juin que le gouvernement avait déjoué un coup d’Etat.

Le démantèlement d’institutions complexes a eu des répercussions inattendues.

Le remaniement et le bridage de l’appareil sécuritaire répressif est en partie responsable de la hausse des conflits ethniques dans le pays.

Il faut également que tous ces changements soient institutionnalisés.

Si le Premier ministre a promis des élections libres et équitables l’année prochaine, certains observateurs craignent qu’on ne s’est pas clairement fixé l’objectif du progrès politique.”

Enfin, en Russie, le portail web Ria Novosti juge illogique que le dictateur érythréen, Isaias Afwerki, n’ait pas été distingué lui aussi :

“Cela doit être lié au fait que le personnage ne corresponde pas vraiment aux idéaux démocratiques.

Il règne sans partage depuis 1993, il n’y a pas d’élections, le Parlement n’est pas convoqué et seul un parti existe :

le Front populaire pour la démocratie et la justice, qu’Afwerki dirige lui-même.

D’un autre côté, les statuts du prix Nobel de la paix évoquent l’aspect des efforts en faveur de la paix, que les deux dirigeants africains ont fourni, et ne mentionnent nulle part la nécessité d’un ordre démocratique exemplaire.

Le chef de file de l’OLP, le Palestinien Yasser Arafat, qui avait partagé le prix avec Shimon Peres et Yitzhak Rabin en 1994, n’était pas un démocrate modèle, mais l’accord conclu avec les Israéliens avait constitué une raison suffisante pour qu’il soit récompensé.”


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *