Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Background

Aujourd’hui pour l’Irlande du Nord, aujourd’hui pour le Nord

Written by on 22 octobre 2019

Aujourd’hui j’aurais pu vous parler Brexit. Après tout, nous avons un nouvel accord, et le parlement britannique ne semble toujours pas convaincu. Mais après la décision des parlementaires samedi de ne se prononcer sur l’accord qu’une fois la loi mettant en application celui-ci proposé, nous avons encore beaucoup, voire beaucoup trop, de temps pour parler Brexit.

Non, aujourd’hui, il est important de s’attarder sur l’Irlande du Nord, et sur une bonne nouvelle. Ce 21 Octobre marque une avancée notable dans les droits humains en Irlande du Nord, pour les personnes LGBT, qui vont pouvoir se marier, et pour les femmes qui vont pouvoir enfin, avoir le droit d’avorter. 

On oublie souvent que la marche des droits humains ne va pas toujours ni dans le même sens, ni à la même vitesse – des droits acquis peuvent être perdus, et des populations peuvent voir leurs droits niés longtemps après leurs voisins. Prenons l’exemple du suffrage féminin – le droit de vote des femmes date, en France, de 1946 – ce qui est à la fois beaucoup plus tardif que le Royaume-Uni en 1918, mais bien moins tard que la Suisse en 1971. Aujourd’hui en Europe, ces différences de droits touchent d’avant tout les personnes LGBT – comme la récente campagne homophobe en Pologne le souligne – et les femmes, concernant tant la lutte contre les fémicides que celle pour le droit à l’avortement.

Quelle est la situation actuelle en Irlande du Nord ? 

Aujourd’hui, l’Irlande du Nord rattrape une partie de son retard. Quand l’avortement avait été, en partie, légalisé en Grande-Bretagne en 1967 l’Irlande du Nord avait été exclue de cette loi, afin de ne pas froisser ni les catholiques, ni les protestants. Après que l’Irlande a, enfin, dit oui au droit à l’avortement l’an dernier, l’Irlande du Nord restait un dernier bastion sans droit. La loi actuelle est tellement drastique qu’à peine 10 avortements légaux sont réalisés – ils ne sont possibles que si la vie de la mère, ou sa santé physique et mentale sont très gravement en danger. Une anomalie fatale pour le fœtus ne suffit pas – ainsi les femmes d’Irlande du nord sachant déjà que leur bébé ne survivra pas l’accouchement sont forcés à porter leur grossesse à terme. Et la loi est appliqué : plusieurs femmes sont aujourd’hui poursuivi en justice pour avoir avorter ou avoir aider d’autres personnes à avorter. Il y a deux ans, la police d’Irlande du Nord a ainsi profité du 8 mars et de la journée internationale du droit des femmes pour faire un raid dans les locaux féministes locaux et essayer de mettre la main sur des pilules abortives. 

 Et donc, les nord-irlandaises voyagent : plus de 1000 sont allées en Angleterre se faire avorter l’an dernier. Pousser les femmes à devoir voyager pour avorter empire une situation déjà difficile : il faut pouvoir prendre des jours de congés, pouvoir (jusqu’il y a peu) payer le voyage et les frais médicaux, et pour des femmes vivant en milieu rural, ou dans des situations de violence domestique, ou enfin, pour des femmes sans papier, tout cela est très compliqué. 

Quant aux personnes LGBT – la société nord-irlandaise reste très conservatrice, mais depuis quelques années la marche des fiertés en aout est le plus grand festival nord-irlandais montrant comment les mentalités changent. Gagner enfin le droit de se marier et enfin le droit d’avortement est une preuve d’acceptation, quand bien même de nombreux combats demeurent, comme l’acceptation des personnes trans, ou la lutte contre les fémicides (l’Irlande du Nord ayant un des taux les plus élevés d’Europe).

 Face à cette continuelle absence de droit, les activistes féministes et LGBT manifestent ensemble, sous les cris de ‘maintenant pour l’Irlande du Nord’ (s’ils sont unionistes et britanniques) ou ‘maintenant pour le Nord’ (s’ils sont nationalistes et républicains). Ces combats-là unissent, notamment les jeunes, au-delà des clivages habituels en Irlande du nord. 

Ces avancées marquent elles un tournant ?

Oui bien sûr, ne serait-ce que pour ces femmes aujourd’hui poursuivies en justice car ces poursuites s’arrêtent aujourd’hui. L’avortement sera possible dans quelques mois et en attendant voyager vers l’Angleterre sera remboursé. Les couples LGBT vont pouvoir transformer leurs pacs en mariage. 

Mais si le contenu de la réforme est bienvenu, sa forme l’est beaucoup moins. Cela fait plus de 1000 jours que l’Irlande du Nord n’a pas de gouvernement. Ces réformes ont été décidés, par amendement, à Westminster – les partis locaux n’avaient qu’à former un gouvernement nord-irlandais jusqu’à aujourd’hui pour reprendre le contrôle et annuler ses réformes. Ils n’ont pas réussi – même si certains députés locaux on chercher à le faire. Cet essai a choqué : ces mêmes députés ont été incapable d’essayer de former un gouvernement après le meurtre de Lyra Mckee en avril, mais se bougent enfin pour bloquer une avancée des droits. Mais cet essai a échoué, montrant que les députés nord irlandais ont tout perdu, même leur capacité à nuire. Et qu’une nouvelle assemblée et gouvernement ne sont pas à attendre de si tôt. 


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *