Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Turning the page

15:00 16:00

Current show

Turning the page

15:00 16:00

Background

Le Gazoduc Européen : L’édito de Louise Guillot

Written by on 4 novembre 2019

Aujourd’hui Louise vous avez décidé de parler du projet de gazoduc européen entre l’Europe et la Russie appelé Nord Stream 2 parce qu’il y a eu de nouveaux développements la semaine dernière, n’est-ce pas ?

Louise : Oui c’est ça Eugène, j’ai choisi d’évoquer le projet de gazoduc Nord Stream 2 parce que c’est un concentré de géopolitique. Ce gazoduc doit relier la Russie à l’Europe en passant par la mer baltique pour arriver au nord de l’Allemagne et de livrer du gaz naturel russe aux Européens. Il faut savoir qu’il existe déjà un réseau de gazoducs qui partent de Russie et desservent l’Europe centrale en passant par l’Ukraine. Mais un des objectifs de Nord Stream 2 est bien de contourner la route ukrainienne à cause des tensions dans l’Est du pays avec les séparatistes russes.
Alors ce projet de gazoduc agite la scène énergétique européenne depuis de plusieurs années.

Eugène : Quels sont donc les derniers développements dans cette affaire Louise ?

Louise : Et bien mercredi dernier, le 30 octobre, le Danemark a autorisé la construction du gazoduc qui passe dans ses eaux territoriales et sa zone économique exclusive. Le Danemark bloquait jusqu’à maintenant le projet, et pourquoi ? Il estimait que l’ouvrage posait un risque pour l’environnement et pourrait par exemple endommager les fonds marins à proximité des côtes de l’île de Bornholm. Plusieurs tracés avaient été proposés, et refusés, mais c’est finalement la route passant par le sud-est de l’île qui a été retenue par l’agence danoise de l’énergie.
Donc cette décision du Danemark lève le dernier obstacle à la finalisation du projet, comme le gazoduc est déjà construit à 80%. Mais il ne met pas tout à fait fin à la bataille géopolitique qui voit s’affronter deux camps et divise les Européens. D’un côté nous avons les détracteurs du projet, j’ai nommé la Commission européenne, la Pologne, les pays baltes et le président américain Donald Trump. Et de l’autre côté nous avons le camp des partenaires du projet, qui comprend la Russie évidemment, l’Allemagne mais aussi le géant français de l’énergie ENGIE.
La bataille fait rage puisque les détracteurs voient dans ce projet un renforcement de l’influence russe dans la mer baltique mais aussi une plus grande dépendance des Européens envers le gaz russe. Pour les Polonais ou les Ukrainiens par exemple, Nord Stream 2 équivaut à une perte économique – avec l’ouverture future de ce nouveau gazoduc moins de gaz russe passera par les pipelines de la route ukrainienne vers l’Europe centrale. En revanche, pour l’Allemagne c’est une aubaine et c’est pour cela qu’elle a soutenu le projet depuis le début. Le pays d’Angela Merkel veut faire du gaz naturel son alternative au charbon pour produire son énergie et atteindre ses objectifs de neutralité carbone.

Eugène : Mais le gaz naturel est quand même une énergie fossile Louise ?

Louise : Oui, et c’est bien cela le problème. Il y a une contradiction environnementale entre d’un côté la volonté des Européens d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, et donc de réduire notre consommation d’énergies fossiles, et de l’autre côté autoriser la construction d’un gazoduc qui permettra d’importer du gaz russe pendant encore 50 ans. Alors évidemment il y a l’argument selon lequel le gaz naturel est indispensable dans la période de transition vers le 100% renouvelable. Mais je me demande si un investissement de plusieurs milliards d’euros dans un tel gazoduc est pertinent alors que d’autres routes existent et que cet argent pourrait tout autant soutenir une transition écologique juste pour tous les Européens. J’ai bien peur que Nord Stream 2 ne nous rende plus dépendant de l’influence de puissances étrangères que nous aide vraiment à atteindre nos objectifs environnementaux.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *