Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

10:50 11:00

Current show

Programme musical

10:50 11:00

Background

Le chiffre du jour : 100

Written by on 21 novembre 2019

C’est le nombre de victimes du Bloody Sunday une journée historiquement meurtrière en Irlande. C’était le 21 novembre 1920, il y a 99 ans.

Récemment, Mc Donald a dû s’excuser et retirer des publicités qui utilisaient la terminologie, c’était au Portugal. La célèbre chanson de U2 semble plutôt référer au 2e Bloody Sunday, qui a fait 28 victimes, en Irlande du Nord, le 30 janvier 1972.
Quid du premier Bloody Sunday ? Le 21 novembre 1920, à Dublin, quatorze agents et informateurs britanniques sont assassinés par l’armée républicaine Irlandaise.
Nous sommes en pleine guerre d’indépendance.
Les forces britanniques répliquent en tirant sur la foule, lors d’un match de football gaélique.

Nombre totale de victimes : 100. Les deux camps étaient réputés pour leurs méthodes extrêmes, qui firent de nombreuses victimes civiles innocentes.

C’est Mickael Collins, leader de l’organisation révolutionnaire irlandaise, qui ordonna la première salve. Trois agents survécurent mais l’épouse de l’un d’entre eux, enceinte, fut exécutée.

Le même jour, 15 000 personnes étaient à Croke Park pour assister au match entre Dublin et Tipperary.

Juste avant le coup d’envoi, les forces britanniques pénètrent sur le terrain et tirent dans le tas. Le stade est évacué en urgence. 14 personnes meurent dont deux enfants de 10 et 11 ans et 65 sont blessés.
Deux officiers sont arrêtés en représailles, torturés et tués.

Le roi Gerorge V en personne fit part de son horreur face à un massacre, qui n’aurait pas été officiellement autorisé. Le Bloody Sunday de 1920 fut décisif pour retourner l’opinion publique contre la couronne britannique.

Une tribune de Croke Park porte encore le nom de Mickael Hogan, joueur ayant perdu la vie dans la fusillade.
Il est l’une des cent victimes de cette journée, qui a fait près de 30 morts et un peu plus de 70 blessés.

Le film Michael Collins, de Neil Jordan, raconte ces événements de manière édulcorée. Le réalisateur lui même ayant décidé que les événements étaient trop terrifiants pour le ton du film.
C’est ce Bloody Sunday qui a donné son nom au second, en 1972.
Au cours d’une marche pacifique pour les droits civiques, 28 manifestants ont été abattus par des soldats de l’armée britannique. C’était cette fois à Londonderry, en Irlande du Nord.

Deux jours sombres et sanglants qui entachent l’histoire du Royaume Uni, d’autant plus aujourd’hui à l’heure du Brexit.
Il y a 99 ans, une centaine de personnes perdaient la vie au nom de l’indépendantisme.
Un siècle plus tard, l’Angleterre est politiquement et diplomatiquement embourbée, une fois encore, au nom de l’indépendantisme.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *