Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

LES EXTRAS

17:00 20:00

Current show

LES EXTRAS

17:00 20:00

Background

« Aux larmes » citoyens : La revue de presse locale

Written by on 27 novembre 2019

“Treize militaires tués au Mali” titrent Vosges Matin, l’Est Républicain et le Courrier Picard.

Il serait plus facile ce matin de faire la liste des quotidiens de presse régionale qui ne titrent pas sur le drame d’hier que l’inverse.

Florilège : “Treize soldats tués. Lundi noir au Sahel” dans la Nouvelle République des Pyrénée.
“Drame au Sahel” dans l’Est Eclair.
Simplement “Tragique” dans le Midi Libre.
“Mali : Le lourd tribut” dans le Télégramme, ou sa variation “Le terrible tribut de la guerre au Mali” dans le DNA
“Militaires mort au Mali, la France endeuillée” dans la Nouvelle République et sa variation dans Ouest-France : “Soldat tombés au Mali : la France meurtrie”.

“Mali, l’armée durement frappée” dans l’Indépendant ou encore, “Mort au combat” dans le Parisien et Le Républicain Lorrain, ou sa variation “Morts pour la nation” dans Vaucluse Matin.

Les trois quotidiens qui rappellent en sus qu’il s’agit du plus lourd bilan pour l’armée française depuis trente six ans et l’Attentat de Beyrouth du 23 octobre 1983.

Sud-Ouest aussi fait sa Une sur le drame, mais demande très sobrement en titre “Treize soldats morts au Mali, pourquoi ?”

Et le quotidien d’ouvrir le débat sur l’intervention. Un débat que l’on peut aussi retrouver dans l’édito du Républicain Lorrain de ce matin. Je cite : “La France intervient, certes, en appui du G5 Sahel regroupant les pays de la région.

Sans oublier les 13 000 casques bleus de la Minusma.

Mais les Français restent bien seuls à devoir monter au front, lorsque d’autres, à l’instar des 850 soldats allemands sont cantonnés dans des missions de formation des forces locales.

Seuls donc à devoir supporter le lourd coût humain d’un tel engagement.

Faut-il pour autant y mettre un terme ?” Et le quotidien est clair, pour lui, le risque terroriste que ferait courir à l’Europe la prolifération d’un tel foyer à sa porte rend l’intervention indispensable.

Quelque soit la réponse que l’on offre à cette question, aujourd’hui la France pleure ses morts. Particulièrement dans les régions d’où provenaient les militaires. Particulièrement à Pau, où étaient stationnés sept des treize victimes.

“L’hommage de Pau aux militaires mort au Mali” titre la République des Pyrénées. “Treize militaires tué au Mali, dont sept du cinquième régiment d’hélicoptère de combat de Pau” dans L’Eclair Pyrénées ou encore “Le sud-ouest en deuil” dans la Dépêche du Midi.

Mais aussi dans le nord, dans Nord Littoral et dans la Voix du Nord, puisque deux militaires de la région font parti des victimes.

Deuil dans le Lot-et-Garonne qui lui aussi pleure dans le Petit Bleu d’Agen, ou en Alsace et en Ardenne dans leurs deux quotidiens éponymes.

Finalement, c’est La Provence qui résume peut-être le mieux l’événement et se permet un jeu de mot sur la Marseillaise en titrant “Aux larmes”.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *