Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

00:00 08:00

Current show

Programme musical

00:00 08:00

Background

Est-ce la fin d’une ère ? L’édito de Louise Guillot

Written by on 2 décembre 2019

Bonjour Louise Guillot,

Ça y est le Parlement européen a approuvé la nouvelle Commission européenne la semaine dernière à Strasbourg.
Ursula von der Leyen et son équipe viennent de rentrer officiellement en fonction hier. Alors, est-ce la fin d’une ère Louise ?

Louise : Oui, en partie. Si l’on s’en tient aux statistiques, la parité homme-femme est mieux respectée dans l’équipe d’Ursula von der Leyen. Les différentes tendances politiques sont aussi plus équilibrées dans la Team VDL que dans celle de Juncker par exemple. La Team Juncker était marquée par une forte domination des conservateurs du Parti Populaire Européen, qui totalisaient 14 représentants sur les 28 que compte la Commission européenne. L’équipe d’Ursula von der Leyen est plus équilibrée sur ce point puisqu’on compte 10 commissaires sociaux-démocrates, 9 conservateurs du PPE et 6 libéraux de Renew Europe. On notera aussi l’arrivée d’un commissaire vert, ce qui est une première !
Mais tout ce que je vous dis là Eugène, ce n’est pas nouveau. Et pour répondre à votre question, je pense qu’il faut tout de même s’attendre à avoir une certaine continuité entre les deux exécutifs européens. Tout d’abord, Jean-Claude Juncker et Ursula von der Leyen viennent de la même famille politique, j’ai nommé les conservateurs européens. Et même s’il y a beaucoup de nouveaux visages, 8 commissaires de la Team Juncker repartent pour un nouveau mandat avec Ursula von der Leyen.
Alors la question est de savoir s’il y aura un changement de cap politique radical ? Dans les faits, cela reste à prouver, mais sur le papier il y en a déjà un puisqu’Ursula von der Leyen a promis de faire du vert, beaucoup de vert avec son « European Green Deal », là où Juncker avait mis le paquet sur l’investissement et l’emploi. Mais je soupçonne que ce seront plutôt des forces à l’intérieur de la Commission qui mettront la pression pour garder ce cap. Et nous verrons rapidement si ce « Green Deal » se retrouve être une vaste opération de greenwashing ou si Frans Timmermans et les autres commissaires arriveront à mettre en place des mesures concrètes plutôt que des objectifs ambitieux.
Mais je pense que la pression pourrait aussi venir du côté du Parlement européen. Les eurodéputés ont voté la semaine dernière une résolution déclarant symboliquement que l’Europe est en état d’urgence climatique. C’est un signe d’ambition.

Eugène : Mais Ursula von der Leyen n’est pas la seule à avoir pris ses fonction le 1er décembre. C’était aussi le cas de Charles Michel, le nouveau président du Conseil européen. Alors Louise, doit-on s’attendre à un changement radical de ce côté-là aussi ?

Louise : C’est encore difficile à dire évidemment. Mais il y a déjà un changement d’orientation politique : Charles Michel et Donald Tusk n’appartiennent pas à la même famille politique. Michel est un libéral et proche allié d’Emmanuel Macron, quant à Tusk, il vient d’être désigné président du Parti Populaire Européen. Mais il faut reconnaître que Donald Tusk n’a pas eu sa langue dans sa poche ces cinq dernières années. Il n’a pas hésité à dire aux Britanniques qu’ils faisaient une erreur en quittant l’Union européenne, et a tenté de tenir tête aux chefs de gouvernement contre les violations de l’état de droit en Europe.
Alors est-ce que Charles Michel sera un président différent ? Oui, c’est certain et il a déjà prévenu qu’il voulait travailler sur la place de l’Union sur la scène internationale. Mais il a aussi prévenu qu’il ferait un usage plus modéré de Twitter que son prédécesseur. Dommage, on appréciait les tweets cinglants de Donald Tusk !


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *