Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

La Souterraine

20:00 22:00

Background

Nouvelle chambre des communes : La Revue de presse européenne

Written by on 12 décembre 2019

Aujourd’hui, le Royaume-Uni élit une nouvelle Chambre des communes.

Le Premier ministre, Boris Johnson, avait sollicité en octobre dernier la tenue d’élections anticipées après le rejet par le Parlement de son échéancier pour le Brexit.

Bien qu’une majorité de Britanniques affirment ne pas avoir confiance en Johnson, celui-ci devance son rival travailliste, Jeremy Corbyn, dans les sondages.

Les médias européens se demandent si cette avance se vérifiera dans les urnes.

Dans The Irish Times, le chroniqueur Fintan O’Toole cherche à expliquer pourquoi autant de Britanniques sont prêts à voter Johnson alors qu’ils ne le jugent pas digne de confiance.

“C’est parce qu’ils choisissent d’admirer Johnson plutôt que de l’écouter, d’assister au spectacle plutôt que de réfléchir à ce qu’il propose réellement. Explique Fintan O’Toole

Ils décident sciemment de scinder le personnage en deux entités distinctes : d’un côté Johnson le charlatan, de l’autre Boris le ‘numéro’.

Le premier est dépourvu de toutes les qualités jugées nécessaires jadis pour gouverner – confiance, dignité, respect -, et les électeurs le savent.

De l’autre, il y a Boris et ses qualités de divertissement – humour, capacité à se faire apprécier, personnalité haute en couleurs -, et c’est celui qu’il choisissent.

Le fait est, avec les ‘amuseurs publics’, qu’il n’y a justement pas besoin de les croire pour pouvoir leur faire confiance.”

Au Danemark, le quotidien libéral conservateur Jyllands-Posten fait lui l’éloge de Boris Johnson en ces termes :

“On peut à juste titre se demander si les référendums peuvent servir d’instrument politique dans une démocratie représentative.

En tout état de cause, il s’agit d’un outil à double tranchant qui court-circuite le système démocratique.

Si l’on organise un référendum, il faut par la suite en respecter l’issue et l’appliquer.

Or on préfère crier au ‘populisme’ parce que le résultat ne plaît pas à l’opinion dominante.

Ce n’est certainement pas Johnson le populiste.

Il ne cherche qu’à mettre en œuvre le résultat du vote. Un effort qui mérite d’être salué, y compris dans les médias danois.

S’il y a un populiste, c’est clairement le post-trotskiste Jeremy Corbyn.”

Enfin, en Suède, on relève que la photo d’un enfant de quatre ans atteint d’une infection pulmonaire et contraint de dormir par terre à l’hôpital faute de lits disponibles a placé la question du sous-financement des hôpitaux publiques au coeur de la campagne.

Le quotidien Aftonbladet commente, je les cite :

“Les Tories ne bâtissent pas de société pour des personnes normales percevant des revenus normaux.

Une société pour Jack et sa mère, qui a dû envelopper son fils de quatre ans dans des couvertures afin de le maintenir au chaud sur le sol de l’hôpital.

Les Tories se préoccupent surtout des classes supérieures.

Dans le même temps, le Labour et Jeremy Corbyn ont élaboré le programme électoral le plus radical de l’histoire des législatives britanniques et peut-être de celle de la social-démocratie européenne.

Les dépenses publiques devraient augmenter de 83 milliards de livres – une somme inconcevable.

Il faudra attendre de voir si ce projet est réaliste et si Corbyn sera élu Premier ministre vendredi.”


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *