Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

L’AfterWork

16:00 20:00

Background

Le gouvernement Nord Irlandais, l’édito de Viviane Gravey

Written by on 13 janvier 2020

La semaine dernière je parlais d’un développement encourageant en Irlande du Nord: les députés des différents bords politiques prêt à travailler ensemble afin de limiter l’impact du Brexit. L’amendement qu’ils portaient avait echoué à Westminster (les tories refusant tout amendements à leur projet de Brexit) mais son échec restait positif – la preuve que les différentes communautées nord-irlandaises sont parfois capable de coopérer.

Cette semaine, cette piste encourageante se confirme: depuis Samedi et pour la première fois depuis trois ans, l’Irlande du Nord a un gouvernement. Jeudi soir, vers 22h, les représentants des gouvernements britanniques et irlandais rendait public une proposition d’accord. Cet accord offrait des solutions de compromis sur les sujets qui divisaient fortement les partis politiques ici – comme le statut de la langue irlandaise – et était accompagné de promesses de financement si d’aventure les partis signaient. Vendredi, les partis ont accepté l’accord. Samedi s’est tenu la première session du parlement et les ministres ont été nommé.

Que peut on attendre du nouveau gouvernement?

La constitution nord irlandaise est très particulière. Afin d’apaiser les tensions entre nationalistes souhaitant voir une réunification de l’Irlande et unionistes qui souhaitent rester dans le Royaume-Uni, un gouvernement nécessite des membres des deux communautés pour être former. A charge aux plus gros partis des deux côtés d’essayer d’en former un. 

Il se pose alors une question cruciale pour les petits partis – mieux vaut il rentrer au gouvernement, ou mieux vaut-il laisser les deux grands partis en charge – et former une force d’opposition.

Si le cas nord-irlandais est spécifique cette question est fréquente en Europe – les petits partis ont tendance à souffrir électoralement après avoir fait alliance avec un gros parti. Pensons aux différents partenaires de la CDU d’Angela Merkel, aux Libdems qui se sont fait décimer en 2015 après leur coalition avec les conservateurs britanniques (alors que ceux-ci gagnaient les élections) ou enfin les verts vis-à-vis du PS ou les centristes vis-à-vis de la droite en France. Il s’agit ainsi de faire un choix: est-ce plus important d’influer sur le contenu des politiques du gouvernement ou bien de se faire réélire?

Quels choix ont fait les petits partis nord irlandais?

Ils ont choisi d’entrer au gouvernement. Les 9 ministères sont partagés entre 5 partis, avec Arlene Foster du DUP comme Première ministre et Michelle O’Neill du Sinn Fein comme Vice-Première Ministre. Pour la première fois, le gouvernement nord-irlandais est paritaire. 

Ce gouvernement d’union nationale va devoir régler non seulement la faillite des services publics nord-irlandais, le retard très problématique de la région dans la lutte contre le changement climatique mais aussi – et bien sûr, on y revient toujours, devoir s’assurer, comme il peut, que l’Irlande du Nord ne pâtisse pas trop du Brexit.

Mais ce choix d’union nationale n’est pas sans défi. On peut en noter deux en particulier:

Tout d’abord, le risque de gouverner en silo. Est-ce que les ministres unionistes vont réussir à travailler avec les ministres nationalistes? Ou vont-ils chacun être roi dans leur petit royaume en complète isolation? Qu’il s’agisse du changement climatique ou du Brexit, il va falloir réussir à travailler ensemble, au-delà des très profondes divisions et dans un contexte où les partis ne se font pas confiance. La dernière fois, ce contexte avait mené à un gouvernement plein de secret: les partis ne voulant pas être vus comme collaborant, et bien il n’en resterait pas de trace: les fonctionnaires ne faisaient plus de compte rendu, afin d’éviter que ceux-ci ne fuitent. Et les responsabilités s’effaçaient alors car sans compte rendu, difficile de savoir qui avait décider de quoi et quand. Un grand défi s’ouvre aujourd’hui pour ces partis: collaborer, sans essayer constamment d’affaiblir l’autre.

Le deuxième défi, c’est la faiblesse de l’opposition. Il y a 90 députés nord irlandais. Et 85 sont dans les 5 partis au gouvernement. A charge aux 5 restant – d’avis très différent – de surveiller l’action des 85 autres. 

Après trois ans, le gouvernement nord irlandais revient enfin. Mais ce coin d’Europe n’a jamais été facile à gouverner, et cela ne s’annonce pas prêt de changer. 


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *