Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Géopolis

16:30 17:00

Background

Crise entre les USA et l’Iran : La revue de presse européenne

Written by on 14 janvier 2020

Les médias européens continuent de s’interroger sur l’évolution de la crise entre les Etats-Unis et l’Iran, et sur la possibilité d’une guerre.

Après l’assassinat du général Ghassem Soleimani, Téhéran a attaqué plusieurs bases militaires américaines en Irak la semaine dernière.

Nombreux sont les observateurs à juger positivement le fait que Donald Trump ait renoncé à riposter.

Pour d’autres, le calme apparent est trompeur

En Espagne, on est clairement dans cette catégorie, avec par exemple l’essayiste et historien Nicolas Baverez met en garde contre le danger d’une nouvelle guerre mondiale dans les colonnes d’El País :

“Les incendies qui ravagent aujourd’hui la planète ne se limitent pas à l’Australie.

Le brasier géopolitique n’est pas moins violent. L’Europe, plus encore que les Etats-Unis, se trouve en première ligne.

Elle fait preuve du même aveuglement volontaire devant la dégradation de son environnement stratégique que celui qu’elle cultiva dans les années 1900 face à l’exacerbation des passions nationalistes puis dans les années 1930 face à la montée des totalitarismes.

Certains assassinats peuvent faire basculer l’histoire.

Ce fut le cas le 28 juin 1914 à Sarajevo, du meurtre de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône austro-hongrois.

Ce pourrait être le cas avec la frappe ciblée contre le général Ghassem Soleimani, numéro deux de la République islamique et architecte de l’empire chiite qui s’étend du Liban à l’Afghanistan.”

En Suisse par contre on juge que le président américain a eu raison de durcir le ton avec l’Iran, comme se réjouit l’hebdomadaire SonntagsZeitung dans ses colonnes :

“Le Proche-Orient reste une poudrière, l’Iran un incendiaire qui s’est mis à dos tous ses voisins à force de les menacer.

L’Iran entretient des groupes terroristes au Liban et en Irak, attise la guerre civile au Yémen, maintient le régime criminel syrien au pouvoir en Syrie et ne manque pas une occasion de déstabiliser la région.

Les théocrates iraniens joueront avec le feu de la guerre tant qu’ils croiront pouvoir atteindre leurs objectifs.

Il était temps de leur prouver le contraire.

La Troisième Guerre mondiale n’aura pas lieu si de tels régimes ont peur de la perdre.”

Enfin en Slovénie, le quotidien Delo pense que d’autres protagonistes sont à l’origine de la situation désastreuse dans la région :

“Ce sont les Etats-Unis – de concert avec Israël – qui ont définitivement déchiré le Proche-Orient et qui, par leurs interventions militaires absurdes en Afghanistan et en Irak, ont durablement déstabilisé la région.

Ces deux guerres, à elles seules, ont coûté environ 3 000 milliards de dollars au contribuable.

Dans ces conflits qui durent depuis près de vingt ans maintenant, un million de personnes ont perdu la vie jusqu’à aujourd’hui, parmi lesquelles des dizaines de milliers de soldats.

Quel pays, dès lors, par ses ambitions géopolitiques maladives et impérialistes, est le réel fossoyeur du Proche-Orient ?”


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *