Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

L’AfterWork

17:00 19:00

Background

“Un dernier tour à Strasbourg et puis s’en va” : L’édito de Louise Guillot

Written by on 20 janvier 2020

Louise, ce matin vous revenez sur un évènement marquant de la session plénière du Parlement européen, qui se tenait à Strasbourg la semaine dernière. Et cela implique les députés britanniques n’est-ce pas ?

Louise : Oui Eugène, ce matin je veux revenir sur la session plénière car c’était malheureusement leur dernière pour nos amis britanniques. Un dernier tour à Strasbourg et puis s’en va, voilà le titre qu’on aurait pu donner à cette première session plénière de l’année 2020 pour les députés européens, mais la dernière pour les Britanniques. Et oui, le Brexit est programmé pour le 31 janvier et je n’aperçois cette fois aucun report à l’horizon. Donc dans onze jours, les Britanniques sortiront officiellement de l’Union européenne, soit 1329 jours après les résultats du référendum du 26 juin 2016, si mes calculs sont exacts.

Eugène : Alors, quelle était l’ambiance au sein de l’hémicycle et auprès des élus britanniques ?

Louise : Je pense que ça ne va pas vous surprendre Eugène, mais c’était un peu « deux salles deux ambiances » cette semaine à Strasbourg. Et on pouvait nettement distinguer deux groupes parmi les députés britanniques. D’un côté, on avait les députés du Brexit Party qui ne se faisaient pas prier pour laisser apparaître leur joie de quitter l’hémicycle européen et bientôt l’Union européenne par la même occasion. Union, qu’ils ont d’ailleurs pris un grand plaisir à critiquer depuis qu’ils ont été élus. Nigel Farage a même organisé une petite fête de départ spéciale Brexit, histoire de marquer le coup.
Quant au député vert Magic Magid, qui avait apporté ses jumelles dans l’hémicycle, oui oui vous avez bien entendu Eugène des jumelles, car la salle est très grande et il met un point d’honneur à toujours savoir où ses ennemis sont. Alors, d’après son fil Twitter, ce qui va le plus manquer à Magic Magid ce sera, je cite, « de toujours garder un œil sur les fascistes du Parlement européen ». On comprend alors mieux à quoi servaient les jumelles.
Parce que oui, d’un autre côté, nous avons les députés pro-européens comme ceux des Verts, du Labour ou des Liberal Democrats qui étaient tristes de quitter Strasbourg. Mais pour le député socialiste britannique Seb Dance, ce n’était toutefois pas un adieu. Sur Twitter, il écrivait jeudi que le Royaume-Uni ne prenait, je cite, « qu’un congé sabbatique » de l’Union européenne.

Eugène : Cela fait bientôt quatre ans qu’on en parle du Brexit, on approche de la fin là Louise non ?

Louise : Hum oui et non Eugène, car même si le Royaume-Uni cessera bientôt d’être membre de l’UE, c’est une période de transition qui s’ouvre et il reste encore beaucoup à faire, notamment négocier un accord commercial qui ne sera pas des plus simples… Alors, il y a quand même des signes visibles de l’après Brexit, à commencer par le drapeau britannique ne flottera bientôt plus devant les bâtiments des institutions européennes. Mais on peut dire que ce drapeau est déjà rentré dans l’histoire de l’UE puisqu’il sera bientôt exposé dans un musée à Bruxelles. Pour les auditeurs et auditrices d’Euradio les plus curieux qui se poseraient la question de savoir où sera ce fameux drapeau, il sera visible à la Maison de l’Histoire Européenne. Voici donc un endroit où les nostalgiques « Remainers » pourront venir se recueillir après le 31 janvier.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *