Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Radio Rectangle

20:00 22:00

Background

Institutions européennes : La revue de presse européenne

Written by on 19 février 2020

La presse européenne se penche au chevet des institutions européenne.

Les Etats membres de l’UE doivent décider demain, dans le cadre d’un sommet extraordinaire, du budget de l’UE pour les années 2021 à 2027.

A l’issue de discussions délicates, le président permanent du Conseil européen, Charles Michel, a proposé un compromis :

que les Etats contribuent à hauteur de 1,074 pour cent de leur revenu national brut (RNB) respectif.

Pour les médias, il s’agit d’investir dans l’avenir de l’Europe.

Les Pays-Bas font partie des pays qui rejettent une hausse de leur contribution au budget. Le quotidien néerlandais, NRC Handelsblad préconise de lâcher du lest :

“On assiste de nouveau à une lutte acharnée des Etats ‘économes’ contre les ‘parasites’.

Il s’agit d’une discussion contreproductive, qui nuit un peu plus à l’image de l’UE.

Or l’enjeu est plus grand ici.

Etat prospère économiquement, les Pays-Bas peuvent se permettre d’envisager le budget de façon moins subjective.

Ces négociations ne sont pas une compétition.

L’enjeu de celles-ci, c’est d’investir dans l’Europe – cette Europe qui profite tant aux Pays-Bas”

De même que les Pays-Bas, la Suède refuse de verser plus d’un pour cent de leur RNB au budget de l’UE. Upsala Nya Tidning appelle à une plus grande flexibilité financière :

“Il ne faut pas que la Suède verse plus que nécessaire et [le Premier ministre Stefan] Löfven fera ce qu’il peut.

Il est néanmoins important de ne pas perdre de vue les ordres de grandeur qui entrent en ligne de compte : la contribution au budget européen est inférieure à un pour cent du RNB.

Le gain principal pour la Suède, qui est un pays exportateur, ce n’est pas les aides agricoles qu’elle perçoit, mais son appartenance au marché unique.

Si l’on tient à ce que le projet climatique et la lutte contre la criminalité aboutissent, pourquoi ne pas envisager une légère augmentation du budget commun ?”

Enfin, en Roumanie, sur le site Digi 24, l’ex-Premier ministre roumain Mihai Tudose, aujourd’hui eurodéputé, met en garde contre les conséquences d’un budget tronqué :

“Le danger pour l’avenir, c’est que l’Europe des régions en retard devienne l’Europe des pays en retard.

De là à l’exclusion de certains pays, il n’y aurait qu’un pas.

D’après la Commission européenne, 47 régions appartenant à 8 Etats membres sont marquées par la stagnation et des revenus en berne, avec toutes les conséquences que ceci implique.

Une UE formée de deux pôles – l’une mettant le cap sur les énergies vertes et l’intelligence artificielle, l’autre condamnée à faire du surplace en raison de la pauvreté chronique – signifierait l’échec du projet européen.”


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *