Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

22:00 24:00

Background

Un maire face au confinement : Jean-Michel Brard raconte

Written by on 18 mars 2020

Notre invité aujourd’hui est le maire de la station balnéaire de l’Ouest de la France : Pornic.

En sa compagnie nous essayons de comprendre quel rôle un maire peut jouer face à cette pandémie, comment l’économie du tourisme pourra rebondir ? Il nous livre sa vision des défis qui nous attendent.

A quel moment avez-vous eu connaissance de cette crise et comment réagit-on quand on est maire (1) face à ce genre d’événement ?
La situation est très particulière parce que nous étions en campagne électorale quand nous avons eu les premiers signaux il y a quelques semaines. Nous avons vu arriver la montée en contraintes depuis une dizaine de jours, jusqu’à l’avant-veille de l’arrêt de la campagne. On a tous, les candidats, arrêté nos réunions publiques. Nous avons vécu un scrutin avec une organisation à revoir, avec des services qui ont été opérationnels pour arriver à la mise en place du confinement ce (mardi) midi. C’est quelque chose de particulier.

C’est quelque chose quand vous êtes maire, de notre vie quotidienne de prise de risques d’un élu. Lorsqu’on a cette fonction on est au quotidien au chevet de notre population et le premier magistrat d’une ville a facilement toute l’écoute et la bienveillance, à la fois de la population qui fait confiance, mais aussi de l’ensemble des acteurs pour que tout se coordonne et se mette bien en place. C’est beaucoup de travail mais un résultat qui est conforme aux attentes de quelqu’un qui n’est pas plus qu’un citoyen, mais avec des responsabilités particulières. Je considère qu’un élu reste un citoyen. On n’est pas des héros.


Comment en tant que maire organisez-vous le travail des services auprès de la population. Quelles décisions avez-vous prises ?
On analyse les services qui doivent rester ouverts. L’histoire de cette crise va amener plusieurs décisions crescendo. Lorsque vendredi on a appris qu’il fallait fermer les écoles, nous avons mis en place le protocole de fermeture. En parallèle, nous avions compris le message que nous devions aussi mettre du protocole d’accueil pour les professionnels de la santé, de la sécurité, pour qu’ils puissent être libérés de leur charge de garde d’enfants. Au fur et à mesure du week-end ça s’est compliqué. On a limité des ouvertures.

Aujourd’hui, 100% des services de la ville sont fermés. Nous maintenons juste un appel téléphonique pour contrôler ceux qui rentrent dans la mairie centrale. Aujourd’hui vous ne pouvez plus entrer dans aucun service de la ville, si ce n’est par téléphone, pour des raisons qui sont extrêmement cadrées, notamment pour gérer les deuils.


On a vu que les Français ont eu du mal à prendre la mesure de l’événement. A quel moment vous estimez que c’est votre devoir de maire de venir réexpliquer ce qu’il faut faire et qu’est-ce qui dépend des mesures de chacun ?
De mon point de vue, et j’ai échangé avec les pompiers, la première mission c’est d’éviter la panique. Aujourd’hui sur le territoire de Pornic nous sommes sur la préparation d’un événement qui va être difficile. Nous ne sommes pas comme l’est de la France qui est déjà dans la crise. On a quelques heures de répit. Donc il faut mettre tout le monde dans une situation de calme, de sérénité et surtout de pédagogie sur les gestes barrière.

La solution sur cette pandémie, c’est de favoriser la compréhension des gestes barrière qui doivent être faits. Ca se résume à plus aucun contact physique, c’est la première chose. Lorsque le virus arrive il a une durée de vie entre 4 et 12 heures, donc on doit se laver les mains plusieurs fois par jour. Ce n’est pas le gel hydroalcoolique qui est nécessaire, se laver les mains au savon de marseille plusieurs fois par jour, c’est l’acte nécessaire. Lorsqu’on tousse protéger les postillons. Rien ne sert de mettre un masque aujourd’hui si vous n’êtes pas malade. Gardons les masques quand on en aura vraiment besoin.

Aujourd’hui le message à transmettre à nos populations c’est respecter le confinement, la distance d’un mètre cinquante entre chacun pour s’interdire tout contact. Aujourd’hui sur le port, depuis la fermeture samedi soir des établissements de restaurations qui ont joué le jeu sur Pornic, il y a eu une solidarité pour éviter le gâchis de matières premières, mais à 17 heures je n’ai vu aucune voiture circuler sur le port. Cette crise est hors norme et aujourd’hui on est dans cette phase de pédagogie et d’appliquer la règle. Toutes les manifestations à Pornic sont supprimées jusque début juin.


Sur le plan économique, Pornic est une station balnéaire qui vit du tourisme, comment en tant que maire pouvez-vous garantir que la saison va repartir, parce qu’elle va être fortement impactée par le covid-19 ?
Je suis moi-même chef d’entreprise, commerçant, mon commerce est fermé depuis dimanche. Je connais très bien la force économique de mon territoire, aujourd’hui cette question n’est pas encore arrivée dans les esprits. On est dans la phase de protection. Nous sommes conscients qu’il faut protéger notre population, nos proches en premier, nos voisins, et les commerçants sont dans cet état d’esprit. Le maire que je suis au lendemain de cette crise, que j’espère la plus courte possible, sera au chevet de cette économie.

Nous avons en tant que collectivité des pertes de recettes aussi. Nous avons un casino qui rapporte des recettes fiscales et que la ville ne va pas toucher. Néanmoins on a des leviers qu’on supprimera aussi : le droit de terrasse, les autorisations d’utilisation du domaine public, les taxes locales de publicité. Autant de leviers qui permettront d’alléger les charges des entreprises. Et puis nous avons une région qui a débloqué aussi des fonds pour aider l’économie. L’Etat a mis en place un certain nombre d’aides pour aider l’économie. Nous serons évidemment au chevet de cette économie touristique et de l’économie générale, parce que le BTP va s’arrêter, beaucoup d’entreprises vont être au ralenti ou s’arrêter.

L’enjeu aussi c’est de préparer une reprise. Lorsque nous sortirons de cette période de confinement, il faudra mettre les moyens en communication, via l’office de tourisme et les différentes collectivités, commune, agglomération, département, région pour mettre les moyens pour refaire démarrer cette économie qui sera à l’arrêt et pour remettre une image de vitalité forte sur ce territoire. Aujourd’hui c’est la France entière qui est arrêtée donc c’est la France entière qui devra redémarrer. Le consommateur devra être très rapidement rassuré pour qu’il puisse revenir sur nos destinations et passer un été serein.

Cette question financière n’est pas encore arrivée. Encore une fois l’urgence partagée par tous, c’est la sécurité de nos salariés, de nos clients, de nos concitoyens, de nos familles et nos proches et j’ai vraiment le sentiment que la population est en train de se mettre dans cette idée-là. La question économique viendra mais maintenant c’est la sécurité des personnes qui est en jeu.


(1) : Dimanche 15 mars, Jean-Michel Brard a été réélu au 1er tour des municipales avec 69,60% des suffrages


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *