Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Radio Rectangle

20:00 22:00

Background

La SNCF vole au secours des soignants alsaciens

Written by on 26 mars 2020

Pour la première fois en Europe, un TGV a été réquisitionné ce matin pour déplacer des malades, d’est en ouest. Marius Renaudet revient sur la question.

Les évacuations et transferts de malades se poursuivent à l’échelle hexagonale. Ce matin un TGV de la SNCF a été affrété pour transférer des malades atteints du Covid-19, qui étaient jusqu’alors soignés à Mulhouse et à Strasbourg. Nous avons contacté pour en savoir un peu plus la Direction générale de la Santé parisienne. Elle nous explique le fonctionnement de cette opération : “Le train réalise aujourd’hui ce qui constitue le premier transport ferroviaire de patients atteints du Covid-19, depuis Strasbourg, vers les Pays de la Loire. C’est un train qui permet l’évacuation de vingt patients, qui étaient précédemment en réanimation dans la région du Grand Est, vers les CHU d’Angers, de Nantes, du Mans et de La Roche-sur-Yon. En terme de configuration, vous avez, dans chaque voiture équipée quatre patients. Dans chacune de ces voitures, une équipe médicale, qui est une équipe de six personnes : parmi ces personnes, un médecin anesthésiste-réanimateur, un interne, un infirmer anesthésiste et trois infirmiers. Ces équipes, elles proviennent des CHU de Nantes et d’Angers, ainsi que d’établissements de l’AP-HP (Assistance publique – Hôpitaux de Paris, NDLR) – en Île-de-France – ; et l’opération médicale dans son ensemble est coordonnée par le Samu de Paris. Dans le train, en plus des personnels des Samus : des personnels agréés de la Sécurité civile, ainsi que des personnels bien évidemment du groupe SNCF. Le wagon-bar est en fait aménagé en voiture de coordination, et il y a à son bord le directeur des opérations, ainsi qu’un assistant de régulation médicale, chargés de faire le lien entre les différentes équipes médicales de l’ensemble des voitures. Ces opérations (avec celles déjà effectuées en avion, bateau et hélicoptère, NDLR), elles peuvent être amenées à se répéter, en fonction des besoins futurs. Pour le train en tout cas, il est envisageable d’avoir d’autres opérations de cette nature ; mais pour les autres modalités, il n’y a rien qui s’y oppose.

Un transfert de malades qui n’est pas sans rappeler les récents transferts effectués par l’armée, aussi bien à l’aide d’avions que d’hélicoptères ; par exemple vers les hôpitaux de Freiburg-im-Breisgau, qui ont proposé leur solidarité dans cette épreuve difficile que vit la France et le monde entier.

Un test grandeur nature avait déjà été réalisé en mai dernier. Une technique qui s’avère très utile pour désengorger les hôpitaux surcharchés.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *