Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Background

La surprenante immunité du Tadjikistan

Written by on 31 mars 2020

Plus de 8 millions d’habitants, pas un seul touché par le Covid-19 au Tadjikistan. C’est ce qui surprend lorsque l’on regarde la carte officielle de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Un nombre de cas nul qui surprend encore plus lorsque l’on sait que ses voisins d’Asie Centrale sont eux touchés.

325 cas pour le Kazakhstan, 150 cas en Ouzbékistan et 107 cas au Kirghizstan, et zéro aussi pour le Turkménistan. Mais alors que ces quatre pays ont mis des mesures strictes de quarantaine et de confinement, le Tadjikistan, semble vivre tranquillement cette épidémie.

Pour le moment 5.000 personnes, principalement des travailleurs, ont été placés en quarantaine, pendant que d’autres sont restés bloqués en Russie. Les connexions aériennes ont été coupées et les frontières terrestres fermées. Mais pas de confinement interne, ni de fermeture stricte d’établissement, ni de limite d’événement public.

Du 21 au 24 mars, l’Asie centrale a fêté Norouz, le Nouvel An perse. Si les autres pays centre-asiatiques ont décidé de l’annuler face au risque de propagation du virus, Douchanbé, la capitale du Tadjikistan a choisi de maintenir les festivités, avec des rues presque pleines. Et ceci à l’encontre des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé.

Mais alors comment est-il possible que ce pays ne présente aucun cas sans prendre de mesure radicale ? Pour avoir des éléments de réponse nous avons contacté une personne présente dans ce pays.

Anonymement, elle nous a expliqué qu’effectivement aucun cas officiel et même non-officiel n’avait pour le moment était signalé. Mais selon elle, il semble très étrange voire impossible qu’aucun Tadjik n’ait été touché. Selon elle, il existerait deux explications potentielles

Dans un premier temps, il nous explique que le Tadjikistan est un pays assez pauvre et qu’il y aurait une incapacité à diagnostiquer les potentiels porteurs.

Deuxième possibilité. Elle pourrait être politique. Pour ne pas faire paniquer sa population, le président Emomali Rahmon, de plus en plus autoritaire dans sa manière de conduire le pays, cacherait ces informations.

Pour le moment rien n’est sûr, à voir maintenant si cette épidémie sera dans les prochaines semaines, reconnue par les autorités Tadjiks.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *