Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

La Souterraine

20:00 22:00

Background

Le chiffre du jour : 156

Written by on 2 avril 2020

Le 2 avril, c’est la journée internationale des livres pour enfants. Une date qui renvoi à la naissance de l’auteur danois Andersen, auteur de 156 contes dont La Reine des neiges et La Petite sirène.

Notre chiffre du jour est 156.
Cent cinquante-six, c’est le nombre de contes attribués à l’écrivain danois Hans Christian Andersen. Andersen est né le 2 avril 1805.
En son honneur, le 2 avril est désormais la journée internationale du livre pour enfants.
Il faut dire qu’Andersen est une sommité au Danemark, presque une légende.
A la fin de sa vie, il fut le conteur personnel des enfants du roi danois Christian IX, surnommé “le beau-père de l’Europe” pour sa propension à marier ses enfants avec les héritiers de divers pays européens.
Et l’Europe, Andersen peut la remercier pour sa réussite.
En effet, Le Vilain petit canard, La Petite fille aux allumettes ou encore La Princesse au petit pois furent longtemps des œuvres anonymes voire des sujets de dérision dans son pays d’origine.
Sa reconnaissance vint de l’étranger et de sa rencontre avec d’autres écrivains tels Honoré de Balzac en France, Adalbert Von Chamisso en Allemagne ou encore Charles Dickens en Angleterre.
Bien avant que Disney ne l’eut libérée, délivrée, aux yeux – et aux oreilles merci beaucoup – du monde entier, Andersen promené sa Reine des neiges avec lui aux quatre coins du continent, de la Suisse à l’Espagne, de l’Italie à la Turquie.
Alexandre Dumas, avec une affection moqueuse, l’appelait dans ses correspondances “le bon, l’aimable poète danois”.
On dit que nul n’est prophète en son pays, Andersen le devint par le respect et la considération de ses pairs de toute l’Europe.
Il fallut toute une vie et beaucoup d’autres auteurs pour faire de celui de La Petite Sirène, l’homme le plus célèbre et fêté du Danemark.
En cela, il incarne à merveille la littérature jeunesse, méprisée des cercles intellectuels -et bien souvent des adultes eux mêmes non lecteurs- mais promue chaque année par l’Unesco, pour combattre l’analphabétisme, les inégalités et favoriser les rêves et l’imagination des enfants du monde entier.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Continue reading