Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

La Souterraine

20:00 22:00

Background

L’édito d’Erwan Quinio : “Parlement”, la série sur l’Europe à regarder en famille

Written by on 20 avril 2020

Europe’s coming, épisode 28 : “Parlement“, la série sur l’Europe à regarder en famille pour cette période de confinement. Un édito signé Erwan Quinio.

Comme vous et comme de très nombreux auditeurs, je suis un fan de série. Et de séries politiques en particulier. D’ailleurs, quand je parle de séries politiques, je n’évoque pas seulement ‘House of Cards’, ‘Borgen’ ou ‘Baron noir’, dont la dernière saison vient de sortir sur Canal +. Non, à bien des égards ‘Game of Thrones’ est aussi du même registre. Paru chez Stock en 2011, Dominique Moïsi en étudie d’ailleurs avec talent tous les aspects, tous les ressorts géopolitiques. Et oui, ‘Parlement’, la première série politique sur l’Union européenne mérite d’être saluée.

Pourquoi ?

Parce que c’est difficile et audacieux de faire de l’humour sur un thème politique. À vrai dire, les séries politiques traditionnelles et à succès sont calquées très souvent sur un même et unique prisme : la peur. Comme l’explique Dominique Moïsi : ‘Les séries sont devenues des références politiques tout autant que culturelles. Par la force de leurs intuitions, les scénaristes sont devenus les meilleurs analystes du monde contemporain.’ Et que perçoivent-ils de nos sociétés ? Avant tout la peur. La peur de la barbarie et le triomphe du chaos avec ‘Game of Thrones’, la peur de la fin de la démocratie avec ‘House of Cards’, celle du terrorisme avec ‘Homeland’, celle d’un ordre du monde qui disparaît dans ‘Downton Abbey’, enfin la peur de la menace russe avec ‘Occupied’.

Ces séries provoquent un raz-de-marée à travers le monde. Ce ne sera pas le cas de la série “Parlement en ligne sur le site de France Télévisions ?

C’est certain. Mais saluons ses auteurs. L’humour, certes parfois un peu potache fait du bien, surtout en cette période de confinement. On est heureux de retrouver Philippe Duquesne, l’acteur si emblématique des Deschiens.
On sourit, on s’amuse devant cette série. D’abord, on y découvre l’univers européen dans sa caricature, mais souvent si proche de la réalité. On y découvre le pouvoir des assistants parlementaires, leur tâche ingrate de servir sans toujours être prêts des députés, plus ou moins taillés pour le poste, des couloirs ‘labyrinthiques’ – et tous ceux qui ont déjà mis les pieds dans les enceintes du Parlement européen à Bruxelles ou à Strasbourg savent exactement de quoi nous parlons : cela ressemble à Fort Boyard. On y découvre l’ambiance de travail, ses cocktails, cette sphère multiculturelle et anglophone si sympathique, cet effet de bulle – il faut bien le dire – et puis pour tous ceux qui se passionnent pour la politique, la série n’est pas avare de messages.

Y compris les aspects les plus polémiques de l’Europe ?

Oui. La technocratie, le lobbying, ce plus vieux métier du monde, les administrateurs. ‘Ces machines à saucisses’ comme ils disent. Et puis, surtout, l’Europe est vue comme une machine folle qui tourne à vide dans le tourbillon des compromis impossibles et neutralisants. Nous sommes là devant le sujet sans doute le plus brûlant de nos démocraties : qui peut encore décider ? Qui détient le pouvoir ?
 
Et cette période de crise sanitaire ne fait que renforcer cela. Les temps sont propices à la radicalité. Celles qui imposent des décisions fortes, nettes. Or, en France, peut-être même plus qu’ailleurs, les compromis sont souvent vus comme des compromissions. C’est aussi pourquoi le rapport des Français à l’Europe est si alambiqué. Reste que dans la tempête, on ne navigue pas à vue. Le plus petit dénominateur commun n’est effectivement plus de saison. L’Europe joue sa survie. Car les citoyens que nous sommes toutes et tous ont et auront de la mémoire. Dans cette période de crise historique, l’Europe est bien sur la sellette.

Les prochains jours et semaines qui sont devant nous diront si l’Europe est capable, ou non, de jouer sur ce registre. Gardons confiance. Gardons la foi. L’Europe, c’est nous et elle sera ce que nous souhaitons tous collectivement. En attendant, que vous soyez étudiant ou adolescent, seul ou en famille, n’hésitez surtout pas à vous plonger dans la série ‘Parlement’. C’est une parfaite occasion de se familiariser avec l’univers politique européen en ce qu’il a de pire, mais aussi de meilleur. Et en premier, je le souligne ‘l’autodérision’, principe que tous les régimes ne peuvent revendiquer, bien loin de là.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *