Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Background

En confinement, l’industrie laitière mise à rude épreuve

Written by on 21 avril 2020

C’est un aliment de base, et pourtant le confinement a désorganisé le marché du lait. L’une des possibles conséquences est d’ores et déjà visible aux États-Unis : n’arrivant plus à vendre, les producteurs jettent jusqu’à 13 millions de litres de lait par jour. Mais alors pourquoi ? Les explications de Caroline Le Poultier. Elle est directrice générale du CNIEL, l’interprofession de l’industrie laitière.

Le marché du lait est très désorganisé en ce moment. Parce que d’une part, vous avez des produits très demandés par les consommateurs comme le lait, la crème, le beurre : leur demande explose. Et d’autre part, vous avez des produits dont la demande a considérablement chuté, voire s’est totalement arrêtée. C’est par exemple le cas du beurre en plus grande quantité, pour l’industrie de la viennoiserie, ou les produits pour la restauration.

Certains sont donc en forte augmentation et d’autres en forte diminution. L’enjeu majeur pour les producteurs : éviter d’avoir trop de lait pour ne pas engorger des unités de transformation déjà saturées. Le risque, c’est d’avoir du lait à jeter.

Au niveau interprofessionnel, nous nous sommes donc engagés dans une mesure pour indemniser les producteurs qui décideraient de limiter leur production. Et en parallèle, la Commission européenne devrait prochainement débloquer un dispositif d’accompagnement du stockage. Pour pouvoir transformer les produits, les stocker et les mettre ensuite sur le marché quand cela ira mieux. Mais, il est inconcevable que dans un pays comme la France ou en Europe, nous devions jeter du lait.

Car tous les pays européens ont le même problème. Surtout qu’avec le retour du printemps, les vaches produisent plus de lait. Difficile donc, pour les éleveurs, de diminuer la production maintenant. En Irlande, le climat démultiplie la production printanière encore plus qu’ailleurs : les vaches y font six fois plus de lait en mai qu’en janvier. Les producteurs pourraient y perdre beaucoup de leur chiffre d’affaires.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *