Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Background

Plus de liberté pour les journalistes en Chine aurait-il pu empêcher la pandémie ?

Écrit par sur 24 avril 2020

L’oppression des journalistes serait-elle le meilleur allié du coronavirus ? L’organisation Reporters sans frontières estime qu’une plus grande liberté de la presse en Chine aurait pu empêcher l’arrivée massive du virus en Europe. Pauline Ades-Mevel, rédactrice en chef de RSF, nous explique.

On l’a considérée en fait extrêmement responsable de ces problèmes liés à l’information. Il y a un mois déjà, nous avions expliqué que si la presse chinoise avait été libre, le coronavirus ne serait peut-être pas devenu une pandémie. On s’est exprimé là-dessus, parce que l’on a remarqué que des études montraient que si des chercheurs avaient pu publier leurs résultats et si les mesures de lutte avaient été prises en Chine dès le mois de janvier, le pays aurait peut-être réduit de 86% l’étendue de l’épidémie.

On aurait donc pu gagner une ou deux semaines. Or, au vu de la chronologie des premiers jours de la crise, nous sommes capables, à Reporters sans Frontières, de montrer que la censure et le contrôle de l’information ont aggravé l’épidémie et n’ont pas permis d’épargner des vies. Nous sommes remontés du 18 octobre, jusqu’au mois de janvier, pour établir qu’il y avait eu vraiment un blocage de l’information. Et que malheureusement, si les médias internationaux avaient eu accès complètement aux informations, probablement l’ampleur de l’épidémie n’aurait pas été telle.

RSF a publié cette semaine son classement mondial de la liberté de la presse pour l’année 2020. Le classement complet se trouve sur rsf.org.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *