Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

06:50 07:00

Background

Corona-culture #38

Written by on 13 mai 2020

J’ai décidé de vous parler, dans ce Corona-Culture, d’une partie de mon enfance. Bon une petite partie, mais quand même. Des œuvres, qui m’ont ému, qui m’ont faire rire, mais qui m’ont aussi effrayé. Ces œuvres ce sont des films d’animations japonais, des succès signés du célèbre dessinateur, réalisateur et producteur Hayao Miyazaki. En parlant avec mes proches, je me suis rendu compte que bon nombre n’en avait pas vu, ne serait-ce qu’un seul. Pourtant, confiné ou pas, il faut les voir. Pour leur beauté, leurs musiques, leurs histoires et pour les messages qu’ils délivrent sur nous et notre société. Mais aussi parce que vous pouvez y avoir accès facilement, en streaming sur Netflix et sur bien d’autres plateformes. Laissez-moi donc, vous en présenter quelques-uns.

Le premier film que j’ai vu, c’est Le voyage de Chihiro. Sorti en 2001, ce film raconte l’histoire de Chihiro, une jeune fille, plutôt capricieuse. Mais lors du déménagement avec sa famille, celle-ci va se retrouver dans un univers parallèle, parfois hostile, rempli de monstres, de sorcières et de personnages indescriptibles, avec une mission : sauver ses parents, transformés en cochons. Oui, c’est étrange, mais tout est étrange, et c’est ce qui fait la beauté de l’ensemble de l’oeuvre de Miyazaki. Ce film est une ode à l’imagination, aux rêves mais aussi aux cauchemars. Un voyage, qui va fait grandir Chihiro, emportant avec elle, tous les personnages qu’elle rencontrera.

Ensuite, je vous conseille Princesse Mononoké, sorti en 1997, et qui marque la fin d’une ère pour Miyazaki. Après ce film, le cinéaste japonais ne dessinera plus lui-même les celluloïds. Mais il donnera ses directives en s’appuyant de plus en plus sur ses animateurs, qui useront bien plus de l’infographie (comme dans Le voyage de Chihiro) que du dessin artisanal. L’histoire, se déroule dans le Japon médiéval, en pleine guerre civile. Ashitaka, un jeune guerrier japonais, affronte un sanglier géant et furieux qui attaque son village. Il tue l’animal, mais se retrouve atteint par un mal mystérieux. Durant sa quête pour se soigner, il comprend que la nature est détruite par les hommes. Princesse Mononoké est une invitation au combat écologique.

Pour finir, mon cœur balance entre Le château dans le ciel et Le château ambulant. En fait, regardez les deux. Le premier, raconte une bataille dans les airs, et le second un château vivant, engagé avec ses habitants dans une guerre dans laquelle tous n’ont pas choisi d’être.

Hayao Miyazaki a réalisé une douzaine de longs métrages d’animation. Alors vraiment, n’hésitez pas, c’est à la fois un bonheur et une tristesse de les regarder.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *