Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Programme musical

00:00 06:30

Background

Banques durables: à l’encontre de la pollution

Écrit par sur 23 novembre 2020

La nécessité d’aller vers une transition écologique s’affirme de plus en plus dans le monde. Les banques jouent un rôle central: selon Oxfam France, 6 grandes banques françaises – BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, Banque Populaire Caisse d’Epargne, Crédit Mutuel et la Banque Postale – ont une empreinte carbone qui représente près de 8 fois les émissions de gaz à effet de serre de la France entière.

Susana Nunes, cofondatrice de Wedogood, entreprise nantaise axée sur le financement participatif en royalties, affirme que la réduction de l’empreinte carbone des banques est une des étapes les plus importantes pour atteindre un véritable changement de rythme.

Quand on parle de développement durable on parle de développement durable on va parler de réduction des déchets, d’économie d’énergie, des transports, mais selon le rapport de l’Oxfam qui est sorti récemment, on apprend que l’impact de notre argent sur notre compte bancaire, il est plus important que tout ça. Aujourd’hui grâce à cette prise de conscience, on a des banques qui commencent à se lancer sur des vrais engagements d’impact, pour faire en sorte que l’argent de leurs clients n’est utilisé que sur des projets qui ont un impact positif.

Au niveau européen il y a plusieurs banques engagées dans la lutte contre les investissements dans les énergies fossiles. Onlyone est une Enerbanque qui vise à changer l’Europe à travers un compte 100 % durable, d’après son président Kamel Naït-Outaleb.

L’idée c’est de financer des projets notamment de protection de la biodiversité en France mais très rapidement de pouvoir se développer en Europe où il y a aussi des autres initiatives comme “Tomorrow”, une néo-banque allemande, “Doconomy” en Suède, axée surtout sur l’empreinte carbone, et d’ailleurs aussi en Italie vous avez “Flowe” qui propose ce type de compte, donc un vrai démarrage de ce transformation de la banque vers une banque plus durable, plus vertueuse. Lutter contre le réchauffement climatique n’est pas seulement lutter contre les 2°C potentiellement atteignables si on ne fait rien, mais c’est aussi aller contre les conséquences qu’on connait aujourd’hui qui ont un impact sur l’économie réelle.

Selon le premier rapport européen sur la finance éthique de 2017 les actifs des près de 30 banques éthiques et durables équivaut à peine au 0,27 % du produit intérieur brut total de l’Union européenne.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *