Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Programme musical

22:00 24:00

Background

Album européen de la semaine – El Hal / The Feeling par Electric Jalaba

Écrit par sur 31 mai 2021

Pays : Angleterre / Maroc

Artiste : Electric Jalaba

Nom de l’album : El Hal / The Feeling

Label : Strut Records

Date de sortie : 19 Mars 2021

Description en 3 mots : Gnaoua, Funk, Fusion

Notre Emoji pour décrire cet album : 🧘🏾‍♀️

Dernier clip en date :

Notre photo préférée :

Description en plus de 3 mots :

Inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité à l’UNESCO, la musique Gnaoua est un style bien particulier dans le paysage musical, artistique et spirituel. Principalement présente au maroc et d’origine sub-saharienne, elle se caractérise par ses rythmes, sonorités, répétitions mais aussi ses tenues, ses danses, et surtout sa transe. Ponctuée de rituels et de traditions, elle ouvre des expériences de conscience modifiée entraînant la libération de blocages intérieurs.

Cette transe, c’est ce que le sextet Electric Jalaba cherche à nous transmettre dans ce troisième album, El Hal / The Feeling, sorti le 19 Mars 2021 chez Strut Records, première release depuis 5 ans. Le Maâlem Simo Lagnawi, une fois arrivé à Londres pour transmettre cette tradition, a su s’entourer pour former ce sextet. L’un des quatre frères Keen, Olly le bassiste et producteur du disque, a quant à lui pioché dans ce qui se fait de mieux d’électro et de funk pour nous proposer neuf tracks improvisées et développées dans un studio du sud de Londres.

Une grande partie de la chimie musicale provient de la propre fraternité d’Electric Jalaba : Henry, Olly, Nathaniel et Barnaby Keen ont grandi dans le Dorset en jouant ensemble. Une fusion qui défie les clichés de par les multiples voyages immersifs à travers le monde et talents individuels de la fratrie; et qui avec De Rose et Lagnawi explore les innombrables possibilités de la musique Gnaoua tout en respectant toujours les racines spirituelles du genre.

“Simo sélectionne le chant parmi des suites de chansons traditionnelles” dit Olly, “Ensuite, en tant que groupe, nous étendons ces courtes pièces de musique de cérémonie dans une structure plus longue et expérimentons dessus.”

Entre les chants traditionnels ( en arabe mais contenant des restes de dialectes ouest-africain, Bambara du mali, peul et ahoussa de la région du sahel ), les sonorités si particulières du Guembri ( l’instrument central du groupe de Gnaoua, du Maâlem et maître musicien qui est aussi le chanteur principal ), les Qraqebs ( une sorte de castagnette produisant ce son métallique et claquant ) et les effets analogiques des machines modernes, c’est par le groove que tous ces éléments se relient pour former un son envoûtant et psychédélique.

Henry Keen, l’aîné, a lui un background en electro : “Alors que mes trois frères ont appris des instruments et ont commencé à jouer dans des groupes, je collectionnais des disques, je me suis mis à la techno de Détroit, à la house de Chicago, à des pionniers du synthé comme Herbie Hancock ou des musiques d’ambiance comme sur le label Warp. Pour moi, le DJing et la musique Gnaoua sont similaires. Battements répétitifs, structures de chant allongées, cette sensation d’être perdu dans le groove, ce sentiment d’être en dehors de vous-même mais totalement en vous-même en même temps… C’est ce à quoi nous aspirons tous, collectivement.”

Si les morceaux incluent le single de dancefloor dirigé par Juno Cubaili Ba, Agia Hausa nous remuera par un millefeuille sonore qui s’inspire en partie des rythmes Mbalax férocement percutant du Sénégal, ou encore Daimla tentera de nous guider vers Allah et les emblématiques Maâlems par une ode héroïque.

Profitez de notre album européen de la semaine en écoutant un nouveau titre, tous les jours à 11h et 16h sur les ondes d’euradio !


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *