Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Background

Un rapport à ne pas enterrer – L’heure o’ véto

Écrit par sur 3 juin 2021

Aujourd’hui avec Christophe Buhot, nous parlons du rapport du panel indépendant d’évaluation de la réponse à la pandémie de Covid, panel mis en place par l’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé, qui vient de publier ses conclusions.

Quel est le point-clé de ce rapport ?

Les rédacteurs ne sont visiblement pas des adeptes de la langue de bois, bien au contraire, et sont très clairs lors de leurs prises de paroles. Ainsi, Madame Ellen Johnson Sirleaf, une des co-présidentes du panel, déclare, je cite « Je vais être brutale, la situation dans laquelle nous nous trouvons, avec une pandémie qui a tué 3,25 millions de personnes, aurait pu être évitée » tandis que Madame Helen Clark, autre coprésidente, affirme que « cette pandémie est le Tchernobyl du XXI siècle de la santé mondiale ».

L’élément majeur, qui sous-tend ces deux remarques quelque peu effrayantes car terriblement réalistes, est l’état d’impréparation des Etats à affronter une pandémie. Et cet état d’impréparation a été aggravé par des systèmes de santé précaires, un manque d’investissements en matériel et en moyens humains, un manque de solidarité entre pays, même au sein de l’UE, des différences d’accès aux tests et aux vaccins, des hommes politiques qui n’écoutent pas les scientifiques, des scientifiques qui tiennent des discours divergents, des décisions contradictoires ou non justifiées, etc.

Cette impréparation, peut-elle expliquer à elle seule la gravité de la situation ?

Non, un autre élément qui a grandement aggravé la situation a été le retard des réponses des Etats. Les Chinois alertent fin décembre 2019 sur une nouvelle pneumonie, le virus a été clairement identifié, ce qui est rendu public mi-janvier, l’annonce officielle de l’OMS n’est faite que le 30 janvier 2020, le premier décès officiel hors d’Asie est signalé le 15 février 2020 à l’hôpital Bichat, les premières restrictions sont mises en place en France le 29 février et le premier confinement débute le 14 mars 2020. Beaucoup de temps perdu au regard de la gravité de la pandémie, et au cours duquel les Etats pouvaient se demander comment mettre en place un dispositif de lutte au lieu de nier la réalité ou d’attendre pour voir. Mais peut-être avaient-ils déjà conscience de leur impréparation et de l’impuissance qui en découlait ?

Les rapporteurs préconisent-ils des mesures ?

Oui, le panel préconise, en effet, un certain nombre de mesures à la fois pour hâter la fin de la pandémie mais surtout pour prévenir les suivantes, qui ne manqueront pas d’arriver malheureusement.

En bref, il s’agit d’une part, de dons de vaccins des pays les plus riches aux pays les plus pauvres et la négociation des licences des vaccins, et d’autre part, le renforcement des prérogatives et des moyens de l’OMS et la création d’un conseil mondial de lutte contre les menaces sanitaires qui aura pour but de forcer les États à se préparer.

Quel est votre sentiment en tant que vétérinaire ?

En tant que vétérinaire, mais aussi en tant que citoyen européen, j’ai un sentiment de colère et d’exaspération parce que, je pense effectivement, que les Etats de l’UE et l’UE elle-même n’étaient pas, et ne sont toujours pas prêts. Il est certes toujours facile de refaire le match et je ne souhaite pas être dans la catégorie des « y a qu’à, faut qu’on » ou des « je vous l’avais bien dit » mais force est de constater que nous avons eu de nombreuses alertes dans le passé avec la crise de la vache folle, l’influenza aviaire, le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) en 2003, le MERS-CoV, le syndrome respiratoire du Moyen-Orient à coronavirus en 2012,  que nous avons eu beaucoup de chance mais que nous n’en avons pas tiré les leçons. Nous payons désormais le prix de la vision limitée des hommes politiques à leurs élections ou ré-élections, et à l’irréalisme d’une majorité de citoyens qui veulent tout gratuitement, sans risque, sans effort et sans contrainte. Or chacun sait que la santé a un prix et qu’il vaut mieux prévenir que guérir.

Laurence Aubron – Christophe Buhot

Toutes les chroniques “Heure o’ véto” de Christophe Buhot sont à retrouver juste ici

Photo de René Bittner  provenant de Pexels


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *