Nantes

Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Current show

Background

Accents d’Europe – Un petit garçon à tout prix en Arménie

Catherine Rolland, Frédérique Lebel et Laurent Berthault.

Un petit garçon à tout prix en Arménie

Dans nombre de pays encore, les familles préfèrent avoir un petit garçon qu’une petite fille. C’est le cas en Chine, en Azerbaïdjan, et même dans certains pays européens comme l’Albanie ou le Monténégro. Quant à l’Arménie, c’est le troisième pays au monde où le taux d’avortement sélectif au détriment des filles est le plus haut. Malgré l’interdiction en 2016 de pratiquer des IVG en fonction du sexe, les familles arméniennes ont encore du mal à considérer l’arrivée d’une fille comme une bonne nouvelle. Constance Léon.

Le droit à l’avortement est-il aujourd’hui menacé en Europe ? On peut se poser déjà la question pour la France où des gynécologues expriment publiquement leur réticence à pratiquer l’IVG, et alors qu’existe encore la clause de conscience permettant aux médecins de refuser d’opérer pour un avortement. Mais, qu’en est-il dans le reste de l’UE ? Le Conseil de l’Europe s’est inquiété, il y a deux ans déjà (2017), de restrictions rétrogrades.
Daniel Vigneron de myEurop.info.

Des groupes anti-avortement se cachent derrière une communication efficace et séduisante en France et en Belgique. C’est le cas des Survivants. Ses militants sont jeunes, très conservateurs voire d’extrême droite. Peu importe la façon dont on parle d’eux du moment que se crée un buzz. Ce qui fait dire aux militantes féministes que le combat de Simone Veil dans les années 70 n’est pas terminé. En France, celles qui veulent avorter ne sont pas toujours bien reçues dans les hôpitaux. Perrine Juan.

Une carte de l’IVG en Croatie. Dans les hôpitaux de Croatie, de plus en plus de médecins et sages-femmes invoquent la clause de conscience pour refuser de pratiquer des avortements. Afin d’aider les femmes qui veulent avorter, des militants ont mis en ligne une carte interactive de l’accès à l’IVG, Simon Rico.

A la veille de la grande manifestation pro régime, les opposants serbes dans la rue. Des sifflets, des slogans rageurs… la mobilisation se poursuit depuis plus de quatre mois contre la « dictature » du président Aleksandar Vucic. Samedi dernier (13 avril 2019), ils étaient encore 50 000 dans les rues de Belgrade. Malgré les attaques quotidiennes du régime, l’opposition citoyenne unie tente de redonner un sens à la démocratie. Philippe Bertinchamps.

Accents d’Europe

Tous les aspects de la vie quotidienne des Européens

More info