Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Background

Edito scientifique : Axel Cleeremans- Mécanisme de la conscience

Eugène Sandoz 8 February 2019

Axel Cleeremans, directeur du front national de recherches scientifiques et professeur de sciences cognitives au département de psychologie de l’université libre de Bruxelles.

« Mon travail est essentiellement consacré à la conscience, aux mécanisme de la conscience. La conscience c’est l’ensemble de notre vie mentale, de notre présence au monde, l’intégralité de ce qu’il se passe dans notre tête à un moment donné. Le problème scientifique de l’étude de la conscience c’est de comprendre comment l’activité biologique du cerveau produit ces états mentaux, pourquoi cela nous fait-il quelque chose d’être nous même à un moment donné dès que nous sommes éveillés, pourquoi cela nous fait-il quelque chose de ressentir l’ensemble des sensations, des émotions qui traversent notre esprit alors que nous sommes présent au monde. Alors ça c’est un problème scientifique majeur aujourd’hui, comme d’autres grandes questions fondamentales.

La conscience a longtemps été considérée comme un problème plus métaphysique que scientifique, donc en effet ce sont les philosophes qui ont le plus réfléchis à cette question. Au milieu des années 1980, les imageries médicales sont devenues disponibles et ont alors permis de pouvoir établir des liens entre l’activité biologique du cerveau et notre vie mentale.

Se pose la question de savoir comment développer une science de la conscience, ce qui n’est pas évident parce que la conscience présente cette particularité dans le champ des sciences, d’exiger que l’on combine données subjectives (inaccessibles aux observatoire extérieurs) et données objectives (données publiques). Il faut trouver des moyens expérimentaux pour combiner l’utilisation de telles données subjectives qui sortent des scanners et expériences comportementales. Il y a une famille de méthode, que l’on appelle contrastive, pour établir des contrastes avec ce qu’il se passe avec ou sans conscience, par exemple une situation que tout le monde connait bien dans ce domaine c’est la situation de perception subliminale, où l’on vous expose à un stimulus que vous dites ne pas percevoir par exemple parce qu’il est présenter trop rapidement pour que vous ayez le temps de comprendre le sens du mot ou par exemple de percevoir les détails de l’image que l’on vous montre. La question qui se pose évidemment c’est quel est le sort de ce stimulus auquel vous avez été exposé mais dont vous n’avez pas pris conscience, est-il par exemple capable d’influencer le comportement d’une part, et puis d’autre part quelles sont les différences en terme d’activités cérébrales entre la situation à laquelle vous dites n’avoir pas perçu le stimulus et une situation où vous percevez ce stimulus.

Le financement du CER (conseil européen de la recherche) a été un changement massif parce qu’évidemment c’est un financement important totalement centré sur le développement d’une nouvelle théorie de la conscience. Il m’a permis d’engager sept chercheurs qui sont tous en train de travailler autour de cette question de savoir comment développer une théorie de la conscience qui permet de rendre compte des données expérimentales. Ça a été un véritable changement pour mon laboratoire puisque maintenant plus de la moitié des chercheurs sont financés par le CER mais il prend fin l’année prochaine. »

 

Aimez-vous l’Europe ?

Parce que nous oui !

More info