Nantes

Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Current show

Background

L’édito de Xavier Corval – Une Europe de l’économie circulaire

L'édito du mercredi 3 April 2019

[PODCAST]

Comme chaque mercredi, nous accueillons maintenant Xavier Corval, président d’Eqosphere, expert dans la réduction du gaspillage alimentaire et non alimentaire et conseiller dans la maîtrise des déchets et la protection de l’environnement. Bonjour Xavier ! Xavier, le 4 mars 2019, la Commission européenne a adopté un rapport en faveur de l’économie circulaire où il était notamment question de gaspillage alimentaire…

OUI, 1,3 milliard de tonnes de nourriture sont jetées ou perdues chaque année, soit un tiers des aliments produits sur la planète ! c’est une aberration ! Notamment quand on sait que plus de 100 millions d’Européens vivent dans une situation de pauvreté sur le continent !

Quels sont les mesures de ce rapport ?

Le rapport vise en fait à mettre en place au niveau européen les mesures qui existent déjà en France. La France est en effet pionnière dans la lutte contre le gaspillage alimentaire avec la loi Garot, votée il y a 3 ans. Depuis, les supermarchés n’ont plus le droit de jeter leurs invendus alimentaires et doivent signer une convention de don prête à l’emploi avec une association de redistribution alimentaire (il n’y pas d’obligation de donner des invendus). C’était une première mondiale !

Mais pour que la loi soit pleinement efficace, elle se doit d’être européenne.

Le rapport européen vise donc à inciter chaque supermarché à faire don de ses invendus à l’association de son choix.

Cet encadrement légal européen aurait trois conséquences :

  1. Que tout citoyen européen puisse créer une association et obtenir une habilitation de redistribution alimentaire auprès des autorités compétentes sous condition de respect des règles de sécurité et d’hygiène alimentaire
  2. Que toute association européenne habilitée puisse ensuite s’adresser à l’enseigne de son choix, afin que celle-ci lui puisse lui remette dans le cadre d’une convention les invendus pour une distribution le soir même.
  3. Enfin, que si un supermarché dégrade volontairement des produits encore propres à la consommation humaine, il soit exposé à une lourde amende. En France, cette amende est de 3 750 euros.

N’existe-t-il pas déjà des mesures au niveau européen ?

Si, il existe déjà un texte, qui ne va pas encore aussi loin : il s’agit de la directive Déchets, votée en mai 2018 et qui doit être implémentée dans les différents États dans un délai de 24 mois. Le texte indique un ensemble de mesures visant à réduire de 30 % d’ici à 2025 et de 50 % d’ici à 2030 les 88 millions de tonnes de nourriture gaspillées chaque année dans l’Union européenne.

88 millions de tonnes c’est énorme !

Oui c’est énorme !! … /… 20 % de la nourriture produite dans l’Union européenne est perdue ou gaspillée. Cela représente en moyenne 173 kilos de nourriture par an et par personne.

Moralement c’est inacceptable, mais sur le plan écologique c’est une catastrophe, car le gaspillage alimentaire utilise inutilement des ressources rares telles que la terre, l’eau ou l’énergie. Il contribue également au changement climatique : pour chaque kilo de nourriture produit, 4,5 kilos de CO2 sont rejetés dans l’atmosphère soit au total environ 170 millions de tonnes de CO2.

Quelles sont les mesures concrètes que les États doivent mettre en œuvre ?

Globalement, il s’agit de faciliter les dons alimentaires, avec notamment des exonérations fiscales sur les dons alimentaires, mais aussi d’éviter la confusion créée dans l’esprit des consommateurs par les mentions « à consommer de préférence avant le » et « à consommer jusqu’au ». Une différence comprise par moins de la moitié des citoyens européens et qui de fait conduit à gaspiller ?

Est-il possible de faire plus encore ?

Face au gaspillage alimentaire, il faut agir sur tous les plans : du producteur au consommateur en passant par le distributeur.

Il faut agir sur la production agricole tout en optimisant la transformation, notamment en travaillant sur les conditions de transport et de stockage des aliments.

Il faut aussi continuer à éduquer les consommateurs pour moins gaspiller : mener des campagnes de sensibilisation afin que tous prennent conscience de leur propre gaspillage et de l’importance de modifier leurs comportements.

Il faut se mobiliser partout et à chaque étape de la chaîne alimentaire, car c’est dans la prise de conscience généralisée que se trouve la solution.

Et n’oublions pas

Le coût d’agir est inférieur au coût de ne pas agir…

La matinale d’Euradio

Débutez la journée avec l'essentiel de l'info européenne !

More info