Nantes

Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Current show

Background

L’édito d’Erwan Quinio – A 12 : on joue au foot, mais on réussit rarement un débat

L'édito du vendredi

[PODCAST]

Europe’s coming (33 ème épisode) : « A 12 on joue au foot, mais on réussit rarement un débat »

Hier soir, France 2 organisait son premier débat avec les têtes de liste des élections européennes. La rédaction avait choisi de sélectionner les 9 candidats les plus avancés dans les sondages. Nathalie Loiseau pour En Marche, Alexandre Bardela pour le Rassemblement national, François-Xavier Bellamy pour la Droite, Yannick Jadot pour les écologistes, Raphäel Glucksmann pour le Parti socialiste et Place Publique, mais il fallait aussi compter sur Nicolas Dupont-Aignan, Jean-christophe Lagarde, Ian Brossat, et Manon Aubry. Mais pour le CSA, ce n’était pas suffisant, le pluralisme était même menacé. Il a donc contraint la chaîne a rallongé la liste et à envoyer d’urgence une invitation express à François Asselineau de l’UPR, à Benoît Hamon pour Génération (S) et Florian Philippot pour Les Patriotes ;

Débattre à 12, c’est effectivement un sacré challenge.

Oui, et ils ont fait ce qu’ils ont pu les journalistes de France 2. Mais par moment, c’était franchement mission impossible. On regardera les chiffres de l’audimat ce matin, mais j’imagine que certains téléspectateurs ont zappé devant un tel brouhaha. Ce matin, de nombreux éditorialistes retiendront sans doute que cela. Le débat a pourtant réservé plusieurs moments forts.

Parfois un objet symbolique résume une pensée. Et demander aux têtes de liste de venir parler d’un objet symbolisant leur engagement et leur rapport à l’Europe était une bonne chose

Oui, avant d’aborder l’immigration, le Brexit, la gouvernance de l’Europe et la transition énergétique, les candidats ont parfaitement joué le jeu. France info y revient ce matin :

François Asselineau a donc débarqué avec ses menottes aux couleurs de l’Europe, Florian Philippot est lui venu avec une baguette de pain, « l’enjeu de toutes les révoltes populaires ». Nicolas Dupont-Aignan a exhibé un avion Airbus miniature, « symbole de l’Europe des coopérations et des projets, tout le contraire de l’Europe qu’on nous propose depuis 20 ans ».

Jordan Bardella est venu avec une passoire symbole selon lui d’une Europe « incapable de protéger ». Jean-Christophe Lagarde (UDI), a présenté des fragments du mur de Berlin, en s’en prenant à « ceux qui veulent reconstruire des murs », tout comme Raphaël Glucksmann (Place publique-PS).

Manon Aubry (La France insoumise), a montré un chèque de 5 milliards d’euros, « celui fait par Macron aux riches », tandis que Ian Brossat (PCF) a présenté un bracelet de naissance pour critiquer les fermetures de services publics ». Le lien avec l’Europe était ici plus ténu. Philosophe il est et il le reste, François-Xavier Bellamy s’est déplacé avec L’Iliade et L’Odyssée d’Homère, arguant que « l’héritage européen est menacé ». On pouvait s’en douter, Yannick Jadot (Europe Ecologie-Les Verts), est venu avec un pot de miel d’une apicultrice bretonne ayant « perdu 200 ruches sur 260 », et en a profiter pour confirmer vouloir « sortir des pesticides en quinze ans ».

Benoît Hamon a quant à lui présenté un gilet de sauvetage, « celui que l’Europe a tendu aux banquiers responsables de la crise de 2008, et qu’elle n’a pas tendu à des milliers d’hommes et de femmes morts en Méditerranée ». Enfin, Nathalie Loiseau a présenté un flacon de piment d’Espelette qui a bénéficié du label européen Appellation d’origine protégée (AOP), permettant selon elle de multiplier par 5 en 30 ans le nombre de producteurs.

12 objets, 12 visions donc.

Oui ou presque. Car il y a aussi ey de bons moments politiques et de stratégies politiques.

En fin d’émission, Raphaël Glucksmann a interpellé Benoit Hamon et Yannick Jadot, ses coéquipiers de Gauche : « Si comme vous le dîtes la situation de l’Europe est si grave, pourquoi ne pas s’unir et se rassembler ? leur a t-il dit.

Benoît Hamon aussi est venu mettre les pieds dans le plat sur la cohérence et la lisibilité des alliances au niveau européen exhortant Raphaël Glucksmann, dont plusieurs membres de sa liste hésiteraient entre le groupe socialiste et le groupe écologiste au Parlement européen. Il a demandé la même chose à Nathalie Loiseau qui a dénié vouloir rejoindre l’ADLE, les libéraux européens. Si la tête de liste d’En Marche annonce vouloir créer un nouveau groupe, elle n’a pas pu citer d’alliés potentiels, ni préciser précisément ce que serait l’ADN politique de ce nouveau groupe.

Enfin, Nicolas-Dupont Aignan a pointé les incohérences de François Bellamy entre ses orientations émises lors de cette campagne et les votes des députés de Droite qui se trouvent sur sa propre liste. On le voit, l’Europe les attrape. Si grande soit la France, pour peser, il faut s’allier en Europe. Et s’allier, c’est choisir, c’est se dévoiler, c’est prendre un risque, c’est sortir de son petit confort.

Les alliances au niveau du Parlement européen sont stratégiques. Hier soir, l’émission a pu mettre en lumière toutes les difficultés et les enjeux de l’espace politique européen. Ne mentons pas aux auditeurs ni aux électeurs, car rien ne sert de le nier, l’espace politique européen est naissant. Il reste en ébullition et à ce niveau, tout ou presque reste à inventer. Ce week-end Marine Le Pen se rend à Rome à la rencontre de Mateo Salvini le leader italien de la Ligue. Pour elle comme pour tous les autres, ce sera l’enjeu principal des prochaines semaines, des prochains mois et des prochaines années.

En attendant, espérons ce matin que d’autres rendez-vous télévisuels et radiophoniques permettront d’y voir plus clair. Cela passera notamment par plusieurs débats thématiques et en taille réduite. Cela doit aussi passer par l’écoute des têtes de liste des partis politiques européens. Alors, de gré ou de force, chacun devra sortir du bois, cela permettra d’éclairer le jeu européen. Et quand le débat politique s’éclaircit, c’est la conscience politique des citoyens que nous sommes qui progresse.

La matinale d’Euradio

Débutez la journée avec l'essentiel de l'info européenne !

More info