Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Background

L’édito d’Erwan Quinio – L’antisémitisme… Un phénomène français ?!

L'édito du vendredi 22 February 2019

Europe’s coming 23ème épisode L’antisémitisme est anti-français, il est aussi l’exact contraire du projet européen

Bonjour Sarah, cette semaine est une semaine bien morose pour la France comme pour l’Europe. Elle aura été marquée par l’antisémisme débridé, lâche et provocateur. 96 sépultures deshonnorées en Alsace au cimetière juif de Quatzenheim ;

Une inscription antisémite sur la façade de la maison d’une élue découverte jeudi à Wallers, commune de la banlieue de Valenciennes (Nord) ; Je continue la triste liste, accrochez-vous tellement elle est pathétique. Jeudi matin, des inscriptions à caractère antisémite sont découvertes en Haute-Savoie dans une zone résidentielle de la commune d’Ambilly, dans la proche banlieue d’Annemasse. Le mot « juden » (juifs en allemand) et une étoile de David sont tagués en rouge sur la façade d’une maison. « Macron, pute des Juifs », peut-on lire. A Paris aussi, les tageurs de haine sont de sortie.

Dans le XIVe arrondissement, une dizaine » de tags antisémites ont été comptabilisés « dans plusieurs rues du quartier. A chaque fois, les attaques sont ciblées. Ils agissent ainsi avec préméditation, et ciblent nos compatriotes. Cela fait suite aux insultes au grand jour d’Alain Finkelkraut, « Espèce de sioniste », « grosse merde », « elle est à nous, la France », avait-on pu entendre. Ces images font le tour du monde ;

A cela il faut ajouter le déversoir de haine que sont devenus les réseaux sociaux anonymes et tellement révélateur de toutes les bassesses ; de la violence verbale qui sur la toile est quasiment devenue la norme ;

La France n’est évidemment pas le seul pays européen touché ?

Non, évidemment. Mais l’antisémitisme, ce n’est pas la France. La France, c’est la révolution française « Liberté, égalité, fraternité », c’est la loi de la laïcité de 1905 ; c’est le courage et la dignité du général Dreyfus sous la Troisième République qui l’a tant malmené ; la France, c’est Léon Blum en 1936 ; c’est à lui que nous devons la hause des salaires de 15%, la semaine des 40H et les deux premières semaines de congé payé ; il était alors à la tête de la SFIO, le premier gouvernement socialiste de l’histoire française. Arrêté par Vichy, il surmonta avec brio l’épreuve du procès honteux de Riom, pour être ensuite déporté à Buchenwald par les nazis qui voulaient se servir de lui comme d’une monnaie d’échange. Soutien du général de Gaulle dès l’origine, il gouverna brièvement après la Libération, avant de s’éteindre au milieu du respect de la nation en 1950. La France républicaine, elle s’est construire dans le dur combat contre l’antisémitisme, elle s’est enracinée dans la bataille de la tolérance religieuse et la bataille de la laïcité.

Oui, et ce que nous dit l’actualité récente, c’est que rien n’est jamais acquis ?

Non, jamais rien n’est acquis. On ne nait pas républicain, comme on ne nait pas antisémite. On le devient. D’où l’importance de l’éducation, d’où l’importance cruciale de ne jamais rien laisser passer impunément en France comme dans toute l’Europe.

Car l’antisémitisme est anti-français, il est aussi anti-européen. L’Union européenne, c’est le projet politique par excellence bâtit sur les ruines de l’antisémitisme vaincu en 1945 ; les 6 millions de morts parce que juif lors de la seconde guerre mondiale, nous ne les oublierons jamais ;

Le nazisme, c’est simple, c’est l’exact contraire, le miroir inversé du projet européen. C’est le modèle inverse le plus absolu, le plus abouti, le plus radical et mortifère.

Et il n’a été qu’une ruine de l’âme humaine.

Prenez les 948 jours du ghetto de Varsovie, lisez le livre de Bruno Saloua qui en fait échos et en relate toute l’histoire. C’est l’anti-modèle humaniste européen parfait. 380 000 personnes murées vivantes, la multiplication des mesures humiliantes, l’arbitraire remplaçant l’état de droit, l’interdiction de prier, l’interdiction de s’informer, la presse y étant interdite, l’interdiction de penser par soi-même et en groupe, l’interdiction de vivre en somme. Le nazisme est une machine de mort, tandis que la République française comme l’idéal européen sont des hymnes à la vie. Cet amour de la vie, il fait notre fierté mais il exige aussi d’être défendu, d’être protégé et sauvegarder avec vigueur et énormément de volonté. C’est ce que nous avons de plus précieux, et ce dont en Europe tout particulièrement, nous devons nous rappeler à chaque instant.

La matinale d’Euradio

Débutez la journée avec l'essentiel de l'info européenne !

More info