Nantes

Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

L’AfterWork

16:00 20:00

Current show

L’AfterWork

16:00 20:00

Background

Simone Veil – Anne Macey

Alexia Echerbault 8 March 2019

[PODCAST]

Simone Veil a été une grande Européenne. Qu’est-ce que son parcours vous évoque ?

Pour moi, elle incarne le miracle de l’Europe. Et pourtant elle avait été élevée par son père,
prisonnier pendant la première guerre mondiale, qui haissait les Allemands, « l’ennemi héréditaire »
et ne croyait pas en la réconciliation. Elle et toute sa famille ont ensuite connus les camps de
concentration, conçus pour les exterminer parce qu’ils étaient juifs. Elle y a d’ailleurs perdu son père,
sa mère, son frère. Or, elle a été capable de surmonter ça et d’œuvrer pour la paix, l’unité
européenne.

Simone Veil a été la première femme Présidente du Parlement européen, lui-même élu pour la
première fois au suffrage universel direct à un tour. C’était il y a 40 ans, en 1979. Or, il y a des
élections européennes bientôt le 26 mai…

Elle a été admirée en tant que présidente du Parlement européen. Pas seulement pour le symbole,
parce qu’elle était en même temps survivante d’Auschwitz et profondément européenne. Elle a été
admirée pour son action. D’abord comme ministre de la santé en France, parce que c‘est elle qui a
combattu face à un parlement quasi-exclusivement composé d’hommes, souvent misogynes,
antisémites, qui lui ont proféré les pires horreurs, lorsqu’elle défendait son texte sur l’interruption
volontaire de grossesse. Sa volonté était de protéger, protéger les femmes les plus modestes qui
mettaient leur vie en danger.
Elle a été admirée aussi pour son action au Parlement européen. C’est rarement souligné… mais elle
a contribué à renforcer les pouvoirs du Parlement européen, à l’époque essentiellement consultatifs.
Elle a contribué à renforcer le contrôle démocratique du Parlement européen et son pouvoir
budgétaire. Elle l’a fait parfois en s’opposant à son propre gouvernement. Mais parce qu’elle
considérait qu’il lui fallait se battre quand la cause était juste.

Son héritage se perpétue aujourd’hui… Elle continue à vous rendre fière aujourd’hui ?

Elle continue à nous rendre fiers d’être Européens, pas parce que nous sommes nés sur le sol
européen, ou nés de parents européens, mais parce que nous avons été capables de faire de grandes
choses ensemble, de nous unir, de coopérer pour forger la paix, la liberté, la prospérité, malgré notre
histoire de destruction mutuelle, et pour ce que nous serons capables de faire ensemble demain.
Une fenêtre d’opportunités et de menaces s’ouvre avec le renouvellement au Parlement européen :
mais pour cela il faudra déjà aller voter lors des élections européennes, car il n’y aura qu’un seul tour
le dimanche 26 mai prochain. Les femmes françaises doivent faire entendre leur voix face à la
montée de ces mouvements qui promeuvent le repli, et parfois aussi la haine et le mensonge.

Vous aimeriez qu’il y ait plus de gens en politique comme elle ?

Oui bien sûr ! Cela donnerait encore plus envie de s’engager. Et aussi plus de femmes responsables
politiques, y compris au Parlement européen. Les femmes peuvent apporter beaucoup, elles ont
parfois une empreinte plus forte. Simone Veil notamment se préoccupait des gens. C’est
probablement aussi pour cette raison qu’elle a été tellement admirée et qu’elle a été capable de
mener tous ces combats importants : le droit des femmes à disposer de leur corps, le droit des
prisonniers aussi, ou le sort de ceux qui souffrent de la faim en Afrique. Ce sont toujours des combats
d’actualité. Car si nous devons défendre nos intérêts communs en tant qu’Européens, nous devons
aussi défendre nos valeurs qui ne sont pas négociables. Et plus que des valeurs qui ne sont pas
toujours incarnées, nous préoccuper toujours de la vie concrète des citoyens européens.