Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

WTWF

10:00 11:00

Current show

WTWF

10:00 11:00

Background

La revue de presse du 5 avril 2019 – Pour les 70 ans de l’OTAN, l’ambiance n’était pas à la fête

Written by on 5 avril 2019

Simon Marty et Alexandra Georges-Picot reviennent sur un constat : Pour les 70 ans de l’OTAN, l’ambiance n’était pas à la fête.

Le 70e anniversaire de l’OTAN est assombri par des querelles. Devant les ministres des Affaires étrangères des Etats membres réunis à Washington, le secrétaire général de l’organisation, Jens Stoltenberg, a rappelé les grandes réalisations de l’Alliance. En aval toutefois, la Maison Blanche avait vivement critiqué l’Allemagne, lui reprochant sa trop faible contribution au budget de l’OTAN. Les commentateurs discutent des défis qui attendent l’Alliance en cette année anniversaire.

 

Une fixation sur les chiffres qui en dit long

Federico Rampini, correspondant de La Repubblica (IT) aux Etats-Unis, déplore la piètre situation de l’OTAN lors de son sommet anniversaire à Washington :

«Donald Trump a ouvert le sommet sur un cocktail d’éloges et de reproches : il se targue d’avoir forcé les Européens à mettre la main au porte-monnaie pour assurer la sécurité commune, tout en se plaignant qu’ils n’en font toujours pas assez. Il ajoute aussitôt qu’il les forcera à augmenter leur contribution. De nombreux présidents américains avant lui, y compris des démocrates, avaient déjà fustigé le parasitisme de leurs alliés. Trump y ajoute la virulence qui lui est propre. Mais il en fait vraiment son dada. Son obsession pour le seul aspect de la comptabilité montre clairement une perte qualitative.»

 

L’Allemagne est un cas problématique

Lidové noviny (République Tchèque) se joint aux critiques sur l’insuffisance des dépenses militaires effectuées par l’Allemagne :

«L’Allemagne compte trop systématiquement sur les garanties de sécurité américaines, ce qui représente un risque. Très peu d’Allemands dénoncent l’incongruité de la situation : un pays aussi prospère économiquement ne peut pas refuser sans cesse de dépenser deux pour cent du PIB à des fins militaires. Il ne s’agit pas ici de tenir tête à Donald Trump. L’enjeu réel pour l’Allemagne est de s’affirmer en tant que nation occidentale. A une époque où le symptôme du Brexit aide à diagnostiquer les problèmes de l’UE, la position allemande envers l’OTAN peut aider à diagnostiquer les problèmes au sein de l’alliance de l’Atlantique Nord.»

 

L’UE doit avoir sa propre armée

70 ans après la création de l’OTAN, il est grand temps qu’une armée européenne prenne le relais, suggère en revanche Der Standard (Autriche) :

«L’Europe partage un système de valeurs plus homogènes que l’ensemble de l’alliance transatlantique. Ce code de valeurs permet à l’UE de se concentrer sur les régions et affaires qui lui tiennent réellement à cœur. Sur le plan militaire et notamment par le biais de traités, les Américains et les Britanniques du post-Brexit resteront certainement attachés à l’Europe et lui porteront secours dans les situations graves. Mais les Etats de l’UE doivent enfin mutualiser leurs forces de défenses et répartir les missions de façon plus efficace en cessant de compter sur les Etats-Unis.»

Rendu possible par euro|topics.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *