Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

15:00 16:00

Current show

Programme musical

15:00 16:00

Background

LA REVUE DE PRESSE SOIR DU 9 AVRIL 2019 – Vers une fédération européenne des extrêmes droites ?

Written by on 9 avril 2019

Il y a 50 ans, si on avait dit au pères fondateurs de l’Union Européenne que les extrêmes droites nationalistes chercheraient à s’unir au plan européen, ils n’y auraient probablement pas cru.

Et pourtant, c’est ce que tente actuellement le ministre de l’intérieur italien et secrétaire fédéral de la ligue du nord.

Une alliance avec un objectif : créer un groupe au parlement européen.

Il a présenté lundi à Milan ce qu’ils ont nommé “l’Alliance des peuples et des nations”. Alliance qu’il a donc présenté en compagnie du présidents de l’AfD, du parti Les Finlandais et du Parti populaire danois.

La presse européenne reste toutefois dubitative sur les chances de réussite de l’entreprise…

Déjà le quotidien allemand, Deutschlandfunk, préfère souligner, non pas les présents lors de la présentation, mais bien plutôt les absents. On peut ainsi lire :

N’ont pas répondu à l’appel Kaczyński, Orbán, Wilders, Strache, Le Pen. Comment l’expliquer ? Marine Le Pen s’en est récemment prise à l’Italie. En Autriche, le FPÖ doit veiller à ne pas se faire virer du gouvernement par son partenaire de coalition conservateur l’ÖVP en défendant des positions trop extrémistes. Mieux vaut donc avancer prudemment sur la scène européenne. Il serait tout de même dommage de s’exclure du festin.
Orbán a suivi le même raisonnement : mieux vaut faire bombance à la table des chefs de gouvernement chrétiens-démocrates que de prendre place à la table des brailleurs d’ultradroite.
C’est indéniable : l’extrême droite marquera des points aux européennes de mai. Il est plus qu’improbable en revanche qu’elle parvienne à former un seul groupe au Parlement européen.

Le quotidien suisse allemand, Tages-Anzeiger partage lui aussi le constat, et rappelle les divergences profondes inhérentes aux nationalistes.

Les nationalistes ne s’intéressent qu’au bien de leur propre patrie : leur propre culture, leur propre langue, leur propre monnaie – sans oublier leurs propres idoles politiques.
Le mot d’ordre de la Ligue n’est-il pas ‘Prima gli Italiani’, les Italiens d’abord ?
L’AfD, qui entend s’allier avec la Ligue de Salvini, a notamment laissé à la postérité ce tweet : ‘Ils sont fous ces romains !’ Telle fut la réaction d’Alice Weidel quand l’Italie a rendu public son budget pour 2019 à l’automne dernier. ‘Et on va encore nous demander à nous, les Allemands, de payer les pots cassés.’
Comment un pareil mariage peut-il fonctionner ?
Au fond, le dénominateur commun de l’extrême droite européenne est la haine de tout ce qui, de près ou de loin, est étranger, cosmopolite et collectif. Le repli sur soi est le seul ciment de cette alliance internationale.
Et le quotidien de conclure : C’est bien maigre.

Enfin et comme pour mettre un dernier clou dans le cercueil de cette alliance, en plus de leurs principes, même leurs intérêts divergent comme pointe le quotidien Slovène, Delo. Je cite :

Kaczyński et Salvini ont des positions diamétralement opposées sur la Russie. Par ailleurs, ni le populiste polonais, ni Marine Le Pen, ni Viktor Orbán ne veulent laisser l’Italien mener la barque.
Certaines prévisions créditent ces partis de 150 sièges sur les 705 que compte le Parlement, mais hormis Emmanuel Macron, personne ne semble s’en soucier outre mesure.« 

Rendu possible par euro|topics.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *