Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

WTWF

10:00 11:00

Current show

WTWF

10:00 11:00

Background

Revue de presse soir du 25 avril 2019 : UK, l’inconnue des Européennes

Written by on 25 avril 2019


Serpent de mer depuis 2016, en plus des incertitudes commerciales, le Brexit apporte maintenant des vastes doutes sur les élections européenne.
Alors participera, participera pas ?
Et s’ils participent, qui gagnera ? Quelle seront les majorités ? Peut-on considérer cela comme un second référendum ?
C’est toutes ces questions qui sont posée dans la presse européenne.

Directement chez les britanniques, le Financial Times appelle les trois principaux partis anti-Brexit à former une liste commune pour les européennes sous ces termes :

“Selon les calculs effectués par notre rédaction, une liste commune des candidats des Libéraux-démocrates, des Verts et du parti Change UK pourrait remporter 16 mandats européens sur les 60 à pourvoir pour l’Angleterre.
S’ils se présentaient séparément en revanche, ils ne totaliseraient que 7 sièges.
Les chefs de parti ont beau rappeler que ce qui importe avant tout, c’est le pourcentage total de voix anti-Brexit, aux yeux de l’opinion, ce sera probablement le nombre de mandats qui reflétera le climat politique du pays.
La lutte anti-Brexit est le cheval de bataille de ces trois partis.
Chacun d’entre eux est en mesure de gagner un nombre important de voix.
Ils devraient former un front commun.”

En Suède, le Göteborgs-Posten est assez pessimiste : le quotidien ne pense pas que les élections européennes puissent clarifier la situation ou empêcher le Brexit. Pour lui, que ceux qui étaient favorables à une sortie en 2016 n’auront pas changé d’avis :

“Même si les sondages actuels accordent une petite avance aux europhiles, la stabilité des partisans du Brexit est significative.
Ni les annonces de suppressions d’emploi, ni le risque de se trouver face à des rayons vides dans les supermarchés en cas de Brexit dur, ni les turbulences politiques des dernières années n’ont fait radicalement changer d’avis les électeurs.
Au contraire, il ressort d’une nouvelle étude menée par l’institut de sondage britannique YouGov que la plupart de ceux qui avaient voté pour une sortie ont confirmé leur vision des choses depuis le référendum.”

Enfin, en Irlande, on préfère voir le côté positif de toute cette affaire : dans le Irish Times, on espère que la sortie de l’UE de la Grande-Bretagne propulse l’Europe au cœur des débats politiques. On lit dans leurs colonnes que :

“Le Brexit a aussi de bons côtés, notamment d’avoir attiré l’attention de l’opinion publique sur l’importance de l’UE plus que jamais auparavant.
Ceci devrait avoir un impact sur la nature du débat qui prendra forme pendant la campagne électorale et sur la qualité de sa couverture médiatique.
Tous les candidats devraient être tenus de prendre position tant sur les grandes questions de l’Europe que sur les problématiques plus locales.
Un débat animé sur l’avenir du continent pourrait amener les électeurs à s’intéresser davantage aux questions d’envergure plutôt qu’aux préoccupations mineures n’affectant que leur environnement direct, comme cela a souvent été le cas par le passé.”

Rendu possible par euro|topics.

Retrouvez l’intégralité de AVE ici !

AVE spécial élections : L’Italie


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *