Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

En cadence

20:00 21:00

Background

Fermeture des marchés : les petits producteurs se réinventent

Written by on 30 mars 2020

Légumes de saison, frais, locaux, ou fromage du coin : comment continuer à en avoir depuis la fermeture des marchés ?

Les petits producteurs s’organisent. Car beaucoup ne veulent pas être obligés de vendre leur production au supermarché. Les prix y seraient trop désavantageux.

De nouvelles épiceries ambulantes

Alors dans l’Aude, ils ont monté une épicerie solidaire et ambulante qui se promène dans les villages. Leur première livraison, c’était vendredi. Mélanie est une des coordinatrices :

“Nous avons mis tout ça en place en cinq jours. Les habitants peuvent passer leur commande. Les paysans les préparent et tout est rassemblé à la coopérative. Puis, nous dispatchons les paniers dans les différents villages, et chacun peut aller chercher son panier au point de rendez-vous. Si on donne rendez-vous aux gens à 5-10 minutes d’intervalle, on évite les attroupements et donc les contacts. Là pour la première livraison on en a eu pour 3000€ de commande. Et ça va prendre de l’ampleur.”

Les drives paysans en pleine expansion

La fermeture des marchés attire les clients vers des drives paysans qui existaient déjà auparavant. Comme pour un drive classique, il suffit de passer commande sur internet puis d’aller la chercher le jour voulu. La différence avec un drive classique : on ne peut y acheter que des produits venant des producteurs locaux. Comme celui-ci à proximité de Nancy, où Hélène travaille.

“On a une explosion du nombre de commandes. Et quand je dis une explosion, c’est sur du 200 voire 300% d’augmentation du nombre de clients, qui ne viennent pas pour acheter une bouteille de lait et une douzaine d’oeufs, mais qui veulent faire des réserves ou nourrir une famille pendant une semaine. C’est très intense, au point qu’on a du mal à suivre. Surtout que les mesures de sécurité sanitaire nous demandent beaucoup plus de travail pour préparer les commandes. Pour ce qu’on pouvait faire à quatre ou cinq personnes auparavant, nous devons être à 10-11 aujourd’hui.

Les producteurs peinent à suivre le rythme aussi : le producteur de fromages par exemple, qui doit préparer ses fromages six mois à l’avance, a écoulé la moitié de son stock en deux semaines. Et il ne peut pas le renouveler comme ça.”

Ces solutions restent précaires et très coûteuses pour les producteurs : la confédération paysanne demande des compensations de l’Etat.

Les syndicats et producteurs se battent aussi pour maintenir le plus de marchés possibles, qui pourraient respecter les mesures sanitaires tout aussi bien que les supermarchés.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *