Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Background

Corona-culture #21

Written by on 16 avril 2020

Malheureusement, le coronavirus a emporté une nouvelle célébrité en date – l’écrivain à succès Luis Sepúlveda. Sepúlveda, né au Chili, est principalement connu pour ses livres de poésie et ses nouvelles. Et aussi pour son militantisme : communiste et farouche opposant au régime d’Augusto Pinochet, cela l’a conduit à être emprisonné et torturé par la dictature militaire dans les années 1970. Il s’est ensuite exilé en Espagne. Il était hospitalisé depuis fin février après avoir attrapé le virus et est décédé le matin du 16 avril à Oviedo. Néanmoins, son esprit vit toujours dans l’immortalité de son écriture, dont nous pourrons profiter pendant ce confinement et bien au-delà. 

Comme toutes les grandes histoires, commençons au tout début, n’est-ce pas? ‘Le Vieux qui lisait des romans d’amour’, traduit en trente-cinq langues et adapté au grand écran en 2001, est le livre qui a fait percer Sepúlveda. Il a été publié en 1992 et traduit en français la même année par François Maspero. Il raconte l’histoire d’un Espagnol, Antonio, qui vit dans une petite ville d’Amazonie. Lorsque les habitants de la ville découvrent le cadavre d’un homme assassiné, ils accusent les Indiens de meurtre. Mais Antonio, lui-même grand lecteur d’histoires d’amour, découvre que ses blessures sont celles d’un grand chat. Il se donne pour mission de retrouver le félin. ‘Superbe, idyllique et plein de désillusions sur l’humanité’, si vous allez lire un roman de Sepulveda pendant cette quarantaine, voilà. Ensuite, en 1996 Sepúlveda a publié son roman ‘Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler.’ Une mouette atteinte par une marée noire vient mourir sur le balcon d’un chat, grand, noir et gros. Le chat lui promet de couver son dernier œuf, de protéger le poussin et de lui apprendre à voler. Tous les chats de Hambourg, où l’histoire se déroule, se mobilisent pour l’aider à tenir ces promesses ambitieuses. C’est un conte dédié aux enfants, mais l’histoire s’adresse aussi bien aux petits qu’aux grands. Le chef-d’oeuvre fait réfléchir sur les relations humaines, entre animaux et entre les deux espèces, et peut renforcer le bonheur apporté par la solidarité, la tendresse et la nature pendant ce confinement. 

Finalement, une de ses oeuvres plus récentes, une belle histoire pour redécouvrir le sens perdu du temps (et on a beaucoup de temps à perdre en ce moment non ?) : ‘Histoire d’un escargot qui découvrit l’importance de la lenteur’ a été publiée en 2013. Elle raconte la vie paisible, lente et silencieuse des escargots. Mais un escargot particulier veut découvrir les raisons de la lenteur. En voyageant il rencontre un hibou mélancolique, une tortue pleine de sagesse, et des fourmis très organisées. Il apprend la valeur de la mémoire et la vraie nature du courage, et son voyage devient par hasard une sorte d’aventure héroïque. Vous n’avez pas souvent l’opportunité de suivre le conte d’un héros escargot! Donc trois histoires, pour trois décennies différentes de la carrière de Sepúlveda. Sous confinement, quelle meilleure manière y-a-t-il de reconnaître l’héritage de cet écrivain merveilleux ? Profitez-en bien!


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *