Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

LES EXTRAS

17:00 20:00

Background

Le chiffre du jour : 500 000

Written by on 28 avril 2020

Les épreuves de la “maturità“, équivalent italien du baccalauréat, seront-elles maintenues en présentiel par le gouvernement de Giuseppe Conte ? La question est étudiée de près par le ministère de l’Instruction nationale, pour savoir si le défi peut être relevé, sans risque, alors que le pays subi de plein fouet la crise sanitaire du Covid-19. 

500 000. C’est notre chiffre du jour, et c’est surtout le nombre de jeunes Italiens censés passer d’ici le mois de juin la “maturità“, l’équivalent du baccalauréat. 

Si dans l’Hexagone, toutes les épreuves écrites de l’examen ont été annulées, chez nos voisins, celles-ci pourraient bel et bien avoir lieu, malgré la situation sanitaire. En effet, Lucia Azzolina, la ministre italienne de l’Instruction nationale, a demandé à ses collaborateurs d’étudier la possibilité d’organiser l’examen. Un plan est donc à l’étude pour savoir si les élèves pourront oui ou non le passer.

Une initiative prise après un grand débat en Italie sur la question. Il y a une dizaine de jours, le célèbre écrivain Paolo Giordano avait en effet signé une tribune dans la presse, demandant au gouvernement de prendre ses responsabilités, en offrant aux étudiants un examen “en chair et en os“, comme les années précédentes. Un véritable défi à l’heure de la distanciation sociale. Pour que les épreuves puissent se tenir, il va falloir en effet mettre en place un véritable protocole sanitaire, délivrer des masques aux professeurs, membres du jury, et candidats, désinfecter le mobilier, maintenir les distances entre chaque individu. 

Des mesures qui s’inscrivent ni plus ni moins dans le plan de déconfinement annoncé par le gouvernement italien. D’autant que les épreuves de la “maturità” se tiennent traditionnellement au mois de juin, période à laquelle le pays sera normalement entièrement déconfiné. 

Le plan du ministère de l’Instruction nationale est encore à l’étude. Certaines zones d’ombre restent encore à éclaircir, notamment sur les modalités pratiques des examens. Il sera ensuite soumis à l’Institut supérieur de la Santé, institution garante de la santé publique en Italie. Car bien sûr, la tenue des épreuves en présentiel va dépendre du succès du déconfinement. Comme ailleurs en Europe et dans le monde, on redoute une ré-augmentation du nombre de personnes contaminées et une aggravation de la crise sanitaire une fois les mesures de confinement levées, ce qui compromettrait la tenue des examens.  


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *