Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme local

14:00 14:30

Background

Vers une approche européenne du traçage ?

Written by on 11 mai 2020

Pour mieux gérer la contamination et éviter à tout prix une deuxième vague épidémique après le déconfinement, de nombreux pays européens réfléchissent  à faire appel aux technologies numériques de traçage pour avertir en temps réel, les citoyens qui auraient été en contact prolongé avec des personnes infectées. Une option qui fait débat tant au niveau national qu’au niveau européen.

Jeudi dernier, les membres de la Commission des Libertés civiles du Parlement européen se sont réunis pour faire part de leurs inquiétudes. Parmi les questions soulevées, le traitement des données, qui doit s’inscrire dans le prolongement du RGPD [Règlement Général sur la Protection des Données], et en respecter les règles. Pour garantir le principe d’anonymat, les données devraient donc nécessairement être cryptées et stockées temporairement.

L’utilisation de ces applications par les citoyens devrait aussi reposer sur la base du volontariat, ce qui pourrait réduire l’efficacité du dispositif. La Commission LIBE [Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures] reste aussi perplexe quant à la mise en place d’un tel dispositif en temps de crise. Car l’État d’urgence déclaré dans les pays européens ne doit être prétexte à aucune dérive et ne doit en aucun cas remettre en cause les libertés fondamentales des Européens.

Pour éviter que cela n’arrive, Andrea Jelinek, la présidente du Comité européen de la protection des données a rappelé la nécessité d’avoir une approche commune et harmonisée sur cette question, afin que l’Union européenne puisse collaborer avec les Etats membres et vérifier si le dispositif est déployé dans le respect du droit. Le débat doit se poursuivre cette semaine lors des sessions plénières qui se tiendront une nouvelle fois à distance. 

En France, l’objectif annoncé par Cédric O, le secrétaire d’Etat chargé du numérique, est de mettre en place l’application StopCovid à partir du mois de juin. Le dispositif devra d’abord être vérifié et approuvé par des experts scientifiques avant d’être soumis au vote des parlementaires.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *