Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

08:00 10:00

Background

Royaume-désuni en temps de pandémie : l’édito de Viviane Gravey

Written by on 12 mai 2020

En cette journée de déconfinement en France, il est intéressant de comparer l’expérience française à ce qui se passe au Royaume-Uni. Là où la France a un plan unique pour tout le territoire, avec différents degrés de (dé)confinements basés sur des données épidémiologiques, les différences qui éclatent aujourd’hui au Royaume-Uni suivent une logique bien plus politique.

Comment se passe le déconfinement britannique ? 

Annoncé au compte-goutte dans les médias britanniques – et ce, de manière contradictoire. Boris Johnson a pris la parole le 10 mai au soir pour son discours de déconfinement. Au cœur de ce discours, un changement de message – plus de ‘stay home’, restez à la maison, mais un ‘stay alert’, soyez sur vos gardes. Et une injonction à retourner travailler dès que possible si vous ne pouvez pas travailler de la maison, mais en évitant toutefois les transports en commun si c’est possible. Si le message ne parait pas clair, c’est qu’il ne l’est pas.

Depuis dimanche soir, le plan Johnson est étrillé de toute part : l’idée qu’on puisse à partir de jeudi voir un seul ami ou membre de famille dans un parc en gardant ses distances pose ainsi des questions non seulement de devoir choisir entre amis mais entre parents ou enfants. L’idée aussi qu’on pousse les ouvriers à retourner travailler, sans grand détail sur la manière dont leur lieu de travail doit être adapté, tandis que les cadres peuvent rester au chaud chez eux a vu les travaillistes et syndicalistes monter au créneau. Enfin, alors qu’en France on s’oriente vers des masques pour sortir, au Royaume-Uni les masques restent ignorés. 

Au-delà du contenu du plan de Johnson, l’important c’est aussi la manière dont il est mis en place. Et là, deux gros problèmes émergent. Premièrement, la mauvaise manie de communiquer par ‘ballon d’essais’, deuxièmement, la fâcheuse tendance à oublier le reste du Royaume Uni. 

Les ballons d’essais médiatiques sont une constante britannique. Un membre du gouvernement ou un conseiller politique vont tâter le terrain en faisant fuiter une partie du plan gouvernemental. Si cela passe mal, soit le gouvernement se prépare mieux, soit le gouvernement change rapidement de fusil d’épaule, expliquant que l’approche fuitée n’était qu’une des nombreuses options considérées et qu’après mûre réflexion un autre choix a été fait. Cette approche marche très bien en période électorale ou avant l’annonce du budget. Elle ne marche pas du tout en gestion de pandémie quand le public a besoin de message clair et précis. Quand nous avons besoin de confiance. 

Comment le plan de Johnson a été reçu dans le reste du Royaume-Uni ?

Alors que l’Angleterre change de slogan, le reste du Royaume-Uni maintien son ‘rester à la maison’. Côté français, on a tendance à oublier à quel point la nature constitutionnelle britannique a profondément changé depuis les années 90 – nous n’avons plus du tout à faire à un gouvernement unitaire centralisé. Les administrations nord-irlandaises, galloises et écossaises maitrisent les compétences en matière de santé. Si le confinement s’était fait à 4, ce n’est pas seulement car Londres le souhaitait – mais parce que les trois autres ont accepté et ont décidé de laisser le gouvernement de Londres parler en leur nom. 

Qu’on ignore cela quand on parle du Royaume-Uni, soit, mais que le gouvernement britannique l’ignore à son tour, c’est bien plus problématique. Et quand on apprend que la première ministre écossaise Nicola Sturgeon a pris connaissance du nouveau slogan gouvernemental par voix de presse, on frise non seulement le ridicule mais le dangereux. Une fois de plus, le gouvernement de Londres a comme approche des relations intergouvernementales ‘ je décide, ils suivront’ – sauf que ni l’Ecosse, ni le Pays de Galle ni l’Irlande du Nord ne semblent vouloir le suivre. Aujourd’hui, l’empereur anglais est nu. 


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *