Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Vidro Azul

22:00 24:00

Background

Qu’en sera-t-il de la révolution de la mobilité électrique en Europe ?

Written by on 15 mai 2020

Suite à la fermeture de presque toutes les usines en Europe, à cause du coronavirus, les experts prévoient que l’industrie automobile va brusquement chuter. Y compris le secteur des véhicules électriques. Mais alors un avenir est-il toujours envisageable pour la révolution de la mobilité électrique, qui semblait se profiler avant le Covid-19 ?

Saul Lopez, manager de la mobilité électrique au sein de la fédération européenne pour le Transport et l’Environnement, nous en dit plus.

“La révolution électrique du côté de la production continuera. Elle a juste été retardée. Elle reprendra. Mais évidemment, il y a un impact à mesurer sur le marché aussi, c’est-à-dire du côté de la demande. Parce qu’évidemment, un constructeur automobile peut bien avoir prévu de fabriquer un million et demi de véhicules électriques en 2020 ou deux millions en 2021. Mais s’il n’y a plus de demande après le Covid-19, parce que les conditions du marché sont différentes, parce qu’il y a moins d’acheteurs potentiels, ils vont devoir ajuster leur production.

Ce qui va probablement se passer, c’est que l’on aura un effondrement du marché automobile en général. Mais nous pensons qu’il sera beaucoup moins important pour les véhicules électriques. D’abord, les normes d’émissions de CO2 de l’Union européenne orienteront les achats vers les véhicules électriques, car les constructeurs automobiles auront tout intérêt à augmenter les ventes de véhicules électriques, afin d’éviter les amendes de l’UE. Et puis, aussi du côté des entreprises, les logiques vont être différentes de celles du passé. Parce que de plus en plus de sociétés, qui doivent investir pour acheter leur flotte de véhicules, se rendent compte que l’électrique leur revient quand même moins cher.”

C’est en effet depuis cette année que la réglementation européenne “Clean Air For Europe” a été introduite dans l’UE. Désormais, les émissions moyennes de CO2 des véhicules vendus ne peuvent plus dépasser les 95 grammes par kilomètre parcouru. Pour chaque véhicule qui dépasse cette limite autorisée, une amende de 95 euros sera dressée. Multipliée par le nombre de voitures vendues, le montant de l’amende pourrait grimper de plusieurs centaines de millions d’euros pour les constructeurs.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *