Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Incredible Kids

20:00 21:00

Background

Les animaux sauvages dans les cirques – l’heure o’ véto #4

Written by on 7 octobre 2020

Crédits photo Euradio

Les sondages montrent qu’une très grande majorité du public soutient l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques. Selon un sondage IFOP de 2020, 72% des Français sont, en effet, favorables à l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques, soit 5 points de plus qu’en 2018.

Combien de cirques dans l’UE ?

En 2013, le nombre de cirques itinérants avec des animaux sauvages dans l’UE est estimé à un millier. Parmi eux, 200 sont allemands, 100 italiens, et 120 français. 

Et en termes d’animaux ?

Le nombre d’animaux sauvages utilisés dans les cirques dans l’UE est actuellement évalué à environ 4 000 individus, et représente une large variété d’espèces, des éléphants aux tigres, en passant par les ours, les otaries, et les primates ou hippopotames, les serpents et les oiseaux. Rien qu’en France, on compte 500 grands chats.

Que font les pays ?

De nombreux pays européens, tels que l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, la Croatie, Chypre, la Grèce, la Slovénie, la Pologne, les Pays-Bas et Malte, et le Royaume-Uni ont déjà interdit l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques. D’autres pays examinent actuellement une interdiction ou ont sévèrement limité le nombre d’espèces autorisées dans les cirques itinérants, comme le Danemark, la Finlande, la Hongrie, le Portugal, la Norvège, la Slovaquie et la Suède. Et, en France, la ministre de la Transition écologique a présenté l’interdiction progressive des animaux sauvages dans les cirques itinérants. 

Quel est l’avis des vétérinaires européens ?

En 2015, la FVE a clairement recommandé d’interdire l’utilisation de mammifères sauvages dans les cirques itinérants. Ces animaux ont la même constitution génétique que leurs homologues sauvages et conservent donc leurs besoins physiologiques, mentaux et sociaux ainsi que leurs comportements instinctifs naturels. Or ceux-ci ne peuvent en aucun cas être satisfaits dans le cadre d’un cirque itinérant, notamment en termes de logement et de capacité à exprimer des comportements normaux comme celui de se cacher. Mais il ne suffit pas d’interdire, raison pour laquelle la FVE a jugé indispensable de mettre en place des mesures de transition pour accompagner à la fois les circassiens et leurs animaux. 


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *