Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Background

La Covid-19, une pandémie comme une autre dans l’Histoire ?

Written by on 8 octobre 2020

La Covid-19 sévi dans le monde et dans les médias. Pourtant, au regard de l’Histoire, les hommes et femmes ont toujours vécu avec des pandémies. Alain Croix, historien de l’époque moderne, auteur de l’ouvrage, La Bretagne au XVIè-XVIIè siècle, la vie, la mort, la foi, analyse ce caractère déjà historique de la pandémie de Covid-19. Selon Alain Croix, l’un des caractère spécifique de ce virus est la mondialisation.


« Chaque citoyen peut être informé du cheminement mondial de la pandémie. C’est-à-dire qu’autrefois, on aurait connu que sa commune ou sa ville, ce qui est déjà suffisamment anxiogène. Maintenant, chaque semaine, chaque jour, on découvre des morts dans les autres pays. »


Une information continue qui angoisse Anne-Marie, habitante de Nantes. Celle-ci avoue avoir éteint sa télévision pendant le confinement. Un climat anxiogène favorisée par une sur-médiatisation. Un avis partagé par Alain Croix.

« Il me semble que la pandémie actuelle, bien réelle, est considérablement amplifiée par les médias. Elle est cent ou deux cents fois moins graves dans ses conséquences par rapport aux pandémies d’autrefois, mais en termes de peur, on se rapproche aux situations que nous avons oublié il y a plusieurs siècle ».

Selon une récente étude publiée dans la Revue des médias de l’INA, l’épidémie de Covid-19 a donné lieu à une « médiatisation inédite », représentant 60% des sujets traités dans les journaux télévisés. Une médiatisation qui dépasse celle de la grippe H1N1 de 2009 et du Sida dans les années 1980.

Une multitude d’information qui éveille quelques critiques, comme le témoigne ce nantais rencontré dans la rue.

« L’idée, c’est de rester informer par des médias fiables. Il ne faut pas se laisser happer par la sur-médiatisation. »


Selon l’Historien Alain Croix, au regard de l’Histoire, la quantité d’informations reçues modifient notre perception de la réalité.

« Si on transposait aux nombres d’habitants dans la Nantes d’aujourd’hui qui est de 300 000, la proportion de morts touché par la peste, serait entre 15 000 et 30 000. ».

Depuis le 24 février dernier, la COVID-19 a causé 184 morts dans le département de Loire-Atlantique, selon l’Agence régionale de santé. 


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *