Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

15:00 16:00

Background

La liberté d’expression, cette pointe de diamant de notre vision du monde – Erwan Quinio

Written by on 20 octobre 2020

Comme vous tous, la sidération, l’effroi dominent. Il ne faut pourtant rien lâcher sur l’essentiel. Et tenter de comprendre. Pour cela, un documentaire récent nous aide. Sorti en 2020, il faut le voir et le revoir.  Dans « C’est dur d’être aimé par des cons » de Daniel Leconte, tous les protagonistes se livrent et disent le pourquoi. Cette histoire, c’est la nôtre, il faut la transmettre. Cette histoire, personne ne pourra la censurer.

A l’occasion des 5 ans de l’attaque meurtrière au journal satirique, France Info avait en effet tenu à revenir au fondement même d’un combat, celui pour la liberté d’expression et alors on comprend mieux ?

Oui. Que rappelle Daniel Leconte ? Qu’au commencement, de cette histoire, il y a un crime : celui du 2 novembre 2004. C’est celui d’un cinéaste. Theo Von Ghog assassiné dans les rues d’Amsterdam, capitale s’il en est des libertés européennes. Comme celui de Samuel Paty, retenons son nom. Que l’on apprécie ou non ses œuvres, son regard sur la société et ses prises de positions tranchés et antireligieuses, Theo Von Ghog fait partie de notre histoire commune.

Au Pays-Bas. Après le crime. Et puis, il y a la peur. Et celle qui va avec, l’autocensure.

Oui. Mais elle ne durera pas. Car certains se lèveront et diront non. Les premiers parmi les premiers sont néerlandais. Un journal de centre-droit qui publie une série de caricature. Sur le coup peu de réaction, mais dans l’ombre, des réseaux islamistes s’activent. Et s’en suit, une bronca internationale. Dans les rues du Pakistan, d’Iran, ou en Syrie, le drapeau danois est incendié. Au passage, l’Union européenne désavouera l’initiative du journal. Une tâche sur notre drapeau bleu.

C’est là que Charlie Hebdo entrera en scène mais pas seulement, l’Express et France Soir aussi avec ce titre : « Oui, on a le droit de caricaturer Dieu »

Que disaient les dessinateurs de Charlie Hebdo ?

Il faut réécouter Riss, rare rescapé des frères Kouachi : en dépit des provocations assumées, pour lui « La question n’est pas de savoir si on peut rire de tout. On peut rire de tout. La question est de savoir pourquoi on rit ? Est-ce que l’on rit pour exclure ? Est-ce que l’on rit pour déniger ? Pour insulter ? Pour rabaisser ou au contraire pour intégrer ?

Et vous riez pour quoi à ce moment-là lui demande le journaliste ? Je ris pour dire aux musulmans qu’ils font partie de la démocratie française. Tel est le combat de Charlie Hebdo. Qu’on le lise ou non est un autre sujet.

Nous sommes en pleine campagne présidentielle, celle de 2007 quand le procès du journal débute. Les principales familles politiques de l’arc républicain viendront alors témoigner.

Oui. Nicolas Sarkozy vient et dit : « Je préfère l’excès de caricature à l’absence de caricature » ; « Je ne pense pas que cette affaire a fait progresser votre cause dira François Hollande aux associations musulmanes présentes. François Bayrou, soulignera enfin  qu’au-dessus « des convictions personnelles, spirituelles, il y a ce pilier central de notre société qui nous protège tous, croyants, incroyants, agnostiques, la liberté d’expression, et ce choix proprement français, républicain, de la laïcité qui a été pour notre société émancipateur et fondateur. C’est la pointe de diamant de notre vision du monde ». 

Alors, Oui à la Laïcité. Oui à la liberté d’expression même quand elle dérange, même quand elle peut blesser des croyances. La laïcité, la liberté d’expression, Ce sont des joyaux dont il faut être fier malgré les engueulades et le reste… La liberté d’expression est une exigence. C’est un apprentissage et une culture. Et notre bien le plus précieux, le seul d’ailleurs à vrai dire que nous avons pour assurer le vivre-ensemble entre toutes et tous dans notre pays comme sur l’ensemble du continent européen.

Crédit photo: Markus Winkler 


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *