Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

10:50 12:00

Background

Nous sommes tous les petits-enfants et les petits-petits enfants du Gaullisme – Erwan Quinio

Written by on 10 novembre 2020

Un vent de nostalgie souffle sur la France. Une émotion, un frisson même.

Cette semaine est celle de l’anniversaire des 50 ans de la mort du Général De Gaulle. De Gaulle est partout, en film, en documentaire sur France 5 dans « De Gaulle l’artiste », mais aussi sur Arte avec « De Gaulle un géant aux pieds d’argile » et surtout sur France 2 dans une série télévisée captivante « De Gaulle, l’éclat et le secret ».

Faut-il tous les voir ?

Si vous en avez le temps, oui. Oui, car tous soulignent des facettes singulières du personnage. Il y a tant et tant à dire sur un parcours si fascinant. Nous connaissons l’homme du 18 juin, celui de la France libre, de la France combattante, la seule France à ses yeux. Grande forcément grande. Mais tous ces films et documentaires font œuvre utile. Nous nous émouvons souvent et à juste titre contre l’indigence des programmes Tv, avec ces productions, la télévision contribue formidablement à l’éveil historique, à l’éveil civique.

50 ans après sa mort, la vie personnelle du Général de Gaulle est désormais davantage connue.

Oui, plusieurs films et documentaires reviennent sur le rôle incontournable de sa femme Yvonne. Mieux connue, on apprécie son soutien sans faille, sa droiture, son influence aussi. Mais les De Gaulle, c’est une famille bousculée par le destin. C’est aussi une famille soudée autour de Jeanne, leur « Tout petit », atteinte de la trisomie 21 que les De Gaulle entourent et enlacent de tendresse et d’amour. C’est là sans doute dans ces récentes productions télévisées, le plus percutant car le plus méconnu, les De Gaulle, c’est aussi un héritage d’humanité.

Et  De Gaulle, c’est également l’homme des relations internationales? 

Pour De Gaulle, la France est une idée. Une idée à laquelle il a réfléchi toute sa vie. Mais sa relation orgueilleuse, pleine de rebondissements à Sir Winston Churchill reste gravée à jamais. Malgré les orages, il y a une estime pour Churchill. Cette estime De, De gaulle de retour au pouvoir en 1958 aura l’élégance de la lui signifier de son vivant à haut voix lorsqu’il décidera à titre exceptionnel de rouvrir l’Ordre de Libération et de lui remettre personnellement l’insigne : « la cérémonie d’aujourd’hui signifie que la France sait ce qu’elle lui doit. Je tiens à ce qu’il sache ceci : celui qui vient d’avoir l’honneur de le décorer l’estime et l’admire plus que jamais ». C’était fort et poignant. Au lendemain de la mort du vieux lion britannique le 24 janvier 1965, De Gaulle écrira en ultime hommage à la Reine : « Dans le grand drame, il fut le plus grand ».

De Gaulle, c’est l’amitié, la solidarité franco-anglaise, c’est aussi la réconciliation franco-allemande

Oui sur les évènements, De Gaulle a su montrer qu’il prenait perpétuellement non pas simplement du recul mais de la hauteur. Lui le prisonnier, lui le condamné à mort. Celui qui réchappe aux attentats, celui qui combat l’Allemagne dans deux guerres mondiales. Et qui en 1962 lors d’un voyage de 6 jours triomphe acclamé par 500 000 allemands époustouflés par sa bienveillance. Sans De Gaulle dans une France encore pour une grande partie suspicieuse envers notre voisin d’outre-rhin, sans De Gaulle qui n’était certes pas un fédéraliste,  mais un européen de coeur et de combat, il n’y aurait sans doute pas d’Europe, du moins pas de sitôt. C’est pourquoi et pour toutes ces raisons, nous les européens de 2020, sommes tous et toutes les petits et les petit-petits enfants du Général de Gaulle.

crédits photo: Unknown author (BBC), Public domain, via Wikimedia Commons


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *