Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Programme musical

16:00 18:00

Background

En France, des stations d’épuration non conformes aux règles européennes

Écrit par sur 26 janvier 2021

En France, plus de 300 stations d’épuration seraient non conformes aux règles européennes relatives au traitement des eaux usées. La Commission a d’ailleurs donné un nouvel avertissement le 14 mai dernier listant 169 stations en infraction.  

À quoi sert une station d’épuration ?

Explications avec Nicole Chatal, responsable process à la station d’épuration de Tougas à côté de Nantes :

” Les eaux usées, c’est tout ce que vous rejetez dans vos éviers, les douches, les toilettes. L’objectif c’est de dépolluer et d’assainir les eaux. Nous ne fabriquons pas d’eau potable, nous dépolluons.”

Cette dépollution se déroule en plusieurs parties. Dans différents bassins, petits et gros déchets sont d’abord retirés puis la graisse et le sable. L’eau est ensuite placée dans des bassins biologiques à l’extérieur où des bactéries s’occupent d’enlever la pollution au carbone, à l’azote et au phosphore. Cette eau est enfin clarifiée et rejetée dans la Loire. Ce traitement est donc indispensable pour notre écosystème comme l’explique Nicole Chatal :

“Si les traitements n’étaient pas corrects, on apporterait de la pollution organique dans notre milieu naturel notamment des bactéries. Elles consommeraient l’oxygène présent dans la Loire et on aurait une mortalité des poissons et des algues. Cela dégraderait le milieu aquatique puisqu’elles absorberaient tout l’oxygène”

Pourquoi certaines stations sont-elles non conformes ?

La non-conformité de ces stations porte sur une mauvaise performance de dépollution ou sur des problèmes d’équipement, les deux pouvant être liés. 

C’était le cas dans la station d’Ancenis, en Loire-Atlantique qui est visée par l’avis de la Commission européenne et a été remise aux normes depuis 2015. Cécilia Mathis, responsable eau et environnement à la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) détaille cette mise aux normes :

“La station de la bigoterie à Ancenis reçoit certains effluents industriels. Or, ces effluents industriels ont eu des fluctuations qui ont mis en défaut la station d’épuration. C’est un travail qui a été fait en 2014 avec l’installation d’un pré-traitement physico-chimique sur 100% des effluents industriels qui arrivaient dans la station. Ce pré-traitement permet d’abattre considérablement cette charge organique. On a tout de suite vu l’efficacité de ces pré-traitements puisque dès 2015 et même dès le dernier trimestre de 2014  donc moins de six mois après, on avait une station qui redevait conforme à la directive ERU [Directive relative au traitement des eaux résiduaires urbaines] .”

Si les autres stations non conformes ne sont pas remises aux normes rapidement, la France s’expose à un contentieux devant la Cour de justice de l’Union européenne tout comme la Bulgarie, la République Tchèque et la Pologne. 


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *