Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Background

Chiens dangereux – L’heure o’ véto

Written by on 18 février 2021

Comme chaque semaine sur euradio, nous accueillons le vétérinaire Christophe Buhot pour sa chronique véto.

Cette semaine, on s’interroge : Quelle est cette loi dite des chiens dangereux ?

Quand j’entends un maître appeler son chien Kaiser, j’ai bien souvent affaire soit à une ragougne de 1kg, mauvais comme la teigne, totalement incontrôlée par son maître, et dont la morsure peut ponctionner un tendon de la main, soit à un bon gros chien style nounours, bien sympathique, classé en 2ème catégorie, affublé d’une muselière obligatoire et qui aurait bien accepté de partager sa gamelle avec vous. Et si par malchance, le nounours s’avère être un abruti prêt à vous défigurer, il l’est quand même moins que son maître. Voilà décrite de façon imagée la loi dite des chiens dangereux de 1999 ; le gros costaud est un délinquant et le petit un innocent, les deux pouvant causer une invalidité à vie et ayant des propriétaires irresponsables.

Mais comment en sommes-nous venus là ? Et est-ce que la loi a évolué depuis 1999 ?

Des accidents dramatiques et surmédiatisés ont conduit à cette loi essentiellement basée sur un délit de sale gueule, à savoir la catégorisation des chiens, en fonction de leurs races ou de leur taille. Le gouvernement, en particulier le ministère de l’Intérieur, avait légiféré du mauvais côté de la laisse, ou tout du moins du côté sans risque, puisque les chiens ne votent pas. Et il avait légiféré sans consulter la profession des vétérinaires.

Par la suite, un cas tragique à Epernay a poussé le Gouvernement de l’époque à réagir une nouvelle fois dans l’urgence médiatique et a relancé la question de la gestion des chiens dans notre société. Il était intéressant de constater qu’encore une fois, cet accident était survenu dans le cadre de la sphère familiale. Et que le chien était parfaitement en règle avec les dispositions prévues par la loi de 99.

Une fois de trop, cela confirmait la position de la profession vétérinaire comme quoi la dangerosité canine ne s’apprécie pas à partir d’un a priori morphologique mais au cas par cas, en fonction de l’individu et de son utilisation.

Finalement, une nouvelle loi est votée, et cette fois-ci, avec un peu plus de réflexion, puisqu’elle vise les deux côtés de la laisse, et impose une formation du maître et une évaluation comportementale pour tous les chiens catégorisés et les chiens mordeurs. La loi du 20 Juin 2008 institue également un observatoire national du comportement canin.

Et quel est ce récent rapport de l’ANSES ?

Dans le cadre d’une saisine du Ministère de l’Agriculture, l’Anses a publié, le 8 février 2021, son rapport sur le risque de morsure canine. Ce rapport est sans appel et confirme la position des vétérinaires : un risque de morsure n’est pas lié à une race ou un type racial. Et aucune étude scientifique n’a mis en évidence un risque plus élevé de morsure par les chiens catégorisés. Une piste selon l’ANSES serait d’instaurer plus de prévention et de mettre en place un dispositif d’observation et de collecte des informations sur les morsures, que la profession vétérinaire réclame depuis des années.

Quelles sont justement les recommandations de la profession vétérinaire ?

La loi doit concerner tous les chiens et permettre la détection des chiens à risque le plus tôt possible.

La visite d’évaluation de la dangerosité d’un chien est un acte de médecine vétérinaire très important qu’il faut développer en formant plus de vétérinaires évaluateurs.

La prévention doit être le mot d’ordre puisque les morsures sont dûes à plus de 80% par le chien du foyer familial et affectent majoritairement les jeunes enfants. Cette prévention passe par l’éducation et l’information. Ainsi un enfant ne doit jamais être laissé seul avec un chien, et les parents doivent connaître les situations à risques à la maison en questionnant leurs vétérinaires ou en consultant des programmes comme Blue Dog ou bien d’autres.

Enfin, et surtout ne jamais oublier qu’un chien s’éduque, quel que soient sa taille ou son poids, et que sa possession est un plaisir mais également une responsabilité.

Interview réalisée par Laurence Aubron

Toutes les chroniques “Heure o’ véto” de Christophe Buhot sont à retrouver juste ici

Image : schabek1972


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *