Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Programme musical

16:00 18:00

Background

« Sur le Covid, il faut le marteler, l’Europe sauve l’honneur » – Erwan Quinio

Écrit par sur 23 mars 2021

Arrêtons-nous quelques secondes et imaginons la situation. En juin 2020, l’Europe décide de ne rien faire. De rester immobile. De laisser faire. Qu’en serait-il alors ? 27 pays sur la ligne de départ, 27 pays sans vaccins partis, chacun pour soi et seul contre tous, faire leurs courses vaccinales. Les uns négociants mieux que les autres. Les autres restants abandonnés et humiliés, souvent les plus petits ou surtout les plus pauvres. Qu’on se le dise, au chaos d’un tel spectacle terrifiant, l’Europe serait morte. C’est aussi simple que cela.

Pourquoi de telles critiques alors ? 

Les critiques sont normales. Elles sont saines. L’Europe n’en a pas le monopole  nous l’avons tant entendu ces derniers jours notamment sur cette attestation de déplacement, une inventivité française que nous ne nous devons qu’à nous-mêmes. Alors sur les prises de commande, l’Europe à 27 aurait-elle pu gagner trois semaines. Cela aurait été l’idéal. Israël a mieux fait, la Grande-Bretagne aussi. Mais on compare ce qui n’est pas comparable. Le premier cité, Israël, compte 9 millions d’habitants. Le second, la Grande-Bretagne disposait du vaccin. Croyons-nous sérieusement que l’Angleterre allait servir l’Europe avant les anglais, avant ses propres citoyens en pleine tragédie sanitaire et foudroyés par un premier variant qui porte son nom et qui faisait tant de dégâts humains. 

Au niveau européen, c’est un commissaire français, Thierry Breton qui est en première ligne pour mobiliser et assurer la cohérence d’ensemble. 

Oui. Alors rappelons le point de départ. Les laboratoires européens n’ont pas su trouver le vaccin. Une question en soi. C’est un fiasco qui mérite des réponses, sur notre recherche, sur nos formations. On le regrette tous tant le nationalisme sanitaire est présent et disons-le redoutable. Thierry Breton en charge du dossier se démène donc pour sauver les meubles. Et dans cette opération sauvetage, il se débrouille plutôt bien. 55 usines tournent à plein régime jour et nuit. 15% des vaccins commandés sont envoyés en France comme le poids démographique, seul juge de paix, nous l’impose. D’ici le 14 juillet, le commissaire européen à rappeler que l’immunité collective est à portée de main.

L’idée du passeport sanitaire européen, du passeport vert ne se mettra pas en place sans débat…

C’est évident. Si l’idée est partie de Grèce, ce n’est pas un hasard. Privé de tourisme, le pays des oliviers à la corde au cou. Le passeport sanitaire, c’est la promesse du retour des touristes européens qui fait vivre tant et tant de familles. Le débat mérite d’aller à son terme et il montera sans doute encore crescendo au fur et à mesure que les doses seront toujours plus accessibles. 

Enfin, l’Europe abondera un fonds au niveau de l’ONU pour être solidaire des pays en voie de développement. C’est notre intérêt à tous et l’Europe sera de ce rendez-vous-même s’il y a urgence à accélérer en la matière. Là aussi, chère Laurence, il est vital pour les européens de sauver l’honneur. 

Interview réalisée par Laurence Aubron

Tous les éditos d’Erwan Quinio sont disponibles juste ici

Image par Jeyaratnam Caniceus de Pixabay


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *